Avancée des préparatifs ...

13 mars 

Songe d'une nuit...
C'est une belle nuit étoilée.. L'air est doux... les femmes sont en robes 👗légères, colorées.. Leur visage est éclairé par les flammes 🔥d'un feu qui repousse les ombres de la nuit... 
Les hommes se tiennent en retrait, presque dans le noir.... Leurs voix surgissent et les chants déclenchent les premiers pas des danseuses 💃... Elles ondulent et virevoltent pendant que les spectateurs frappent dans leurs mains.... C'est magique.... Et je me réveille :) ... avec le sentiment d'être heureuse...
Et oui, ce n'était qu'un rêve mais j'ai l'impression d'avoir vraiment vécu tout cela... Je sais aussi d'où il vient.... Mon esprit commence à être envoûté par toutes ces recherches sur l'Espagne, Séville et le Chemin...

Petites pensées du 7 mars

mon mental et moi 
C'est lui qui fait la loi. 
Quand il a disparu

Bas, je suis descendue  
Ensemble, on a lutté,
Pour pouvoir remonter.
Nous y sommes arrivés,
À force de volonté. 
Je vais donc le tester
Et, sûr, on va gagner !!!

1 mars , réponse à une amie - réflexion sur la façon d'appréhender le chemin...

NON...

Voilà ma réponse, elle est claire et définitive... Pour qui ? Une amie, une fidèle lectrice qui, à ce titre, m'a donné son opinion sur les récits de mes périples. Je la remercie de cet avis sincère qui fait progresser chaque auteur qui accepte d'être à l'écoute de ses lecteurs. Alors pourquoi ce non de ma part ? Parce qu'elle m'a demandé quelque chose que j'ai refusé dès le départ... Parce que je ne crois pas que je change ma façon d'appréhender les chemins que je parcours. Je ne fais pas de tourisme. Pas pendant mon périple. Alors non, je ne décris pas les lieux traversés, les monuments rencontrés ( ou très brièvement)... Oui, je sais, tous n'auront pas la chance ou la possibilité de voir ce que nos yeux auront vu. Mais je prends de très nombreuses photos et chacun peut les regarder car je partage TOUT. Je le redis, je peux, par contre, retenir certains endroits, certains lieux qui m'ont attirée ou que je n'ai pas pu visiter. Ce sera l'occasion d'y revenir en touriste et en voiture. Je pars pour de longs périples parce que j'aime marcher. Parce que je suis heureuse sur les chemins, dans le calme, la sérénité. Parce que j'aime ce contact proche avec la nature. Parce que j'aime m'arrêter pour « discuter » avec le poulain, l'âne ou les vaches rencontrées. Parce que j'aime tous ces sentiers de France ou d'ailleurs, ces chemins creux qui sentent bon ( enfin pas toujours :) ), tous ces chemins bucoliques... J'aime tous ces endroits parfois difficiles d'accès et que seuls les marcheurs ont le bonheur de découvrir. Alors, si j'ai la chance et le bonheur de réussir le périple prévu en avril mai, je vous présenterai mon récit. Et, non, je n'y parlerai pas plus des découvertes architecturales des lieux rencontrés. Et pourtant je crois que ce chemin sera riche de ce côté-là... Je prendrais des photos pour vous, promis... Je remets, un extrait de mon périple 2013 mais on retrouve ce genre de précisions presque dans chacun de mes récits : « Ce livre n’est pas autre chose qu’un carnet de bord. À ce titre, vous n’y trouverez pas de grandes envolées philosophiques ou autres pensées profondes. Ce n’est pas non plus un guide touristique, d’autres publications ont déjà été faites concernant ce chemin. Je me contente de situer les lieux pour que le lecteur puisse avancer à nos côtés, au rythme de nos pas. Ce livre s’adresse avant tout à tous ceux qui ont la curiosité de savoir comment se déroule une journée ordinaire d’un pèlerin ordinaire. Chacun parcourt son chemin selon ses envies, ses possibilités, ses convictions. Il n’y a pas de bon pèlerin ni de bonne façon d’appréhender le chemin. Je parle météo parce que pour un pèlerin – tout comme l’agriculteur –, étant en contact direct avec la nature, la couleur du ciel est importante pour sa journée. Je parle parfois douleur ou soucis de santé parce que, oui, le chemin est parfois exigeant et que, non, tout n’est pas toujours idyllique. »

En conclusion, je crois qu'il y a autant de façons d'appréhender ce chemin qu'il y a de pèlerins...

 

 

28 février...

Hôtel réservé, dans le centre de Séville pour le 5 et 6 avril. Nous y ferons un peu de tourisme avant d'entamer notre chemin...

Une lecture du guide comme livre de chevet, juste pour s'imprégner de l'esprit du chemin. Pas de réservation à faire pour l'Espagne, c'est bien...

 

 

Lorsque nous marchons, nous emportons avec nous, en pensées, certains de nos amis... Ils le savent...  

En marchant, nous pensons très fort à certains qui aimeraient, sinon être avec nous, du moins avoir la possibilité comme nous de réaliser leur rêve. Ils ne le peuvent pas, le plus souvent pour raison de santé. Nous mesurons notre énorme chance de pouvoir le faire, nous.

Cette fois-ci, nous penserons plus particulièrement à Valentin, jeune garçon de 12 ans dont le cancer s'est invité dans sa vie. Il va gagner, il est bien soutenu. Nous l'emporterons avec nous. Nous penserons, à travers lui, à tous ces enfants qui ne devraient pas connaître ce monde difficile de l'hôpital et de tous ses traitements... Je sais que nos amis pèlerins, tous ceux que nous allons rencontrer, seront à nos côtés et les inclueront dans leurs pensées, voire prières pour certains... Chacun réagit et agit en fonction de son ressenti... Merci à eux, par avance.

Nous sommes le 13 janvier et je viens de faire le pas le plus important, celui qui parfois est le plus difficile. La décision est prise, ce printemps me verra repartir sur Le Chemin...

Comme pour rendre cette décision vraiment concrête, ce midi le facteur a déposé ma crédenciale. Très colorée, je trouve qu'elle invite au voyage.

La seconde étape est de définir le moment du départ. Comme tous les ans, j'effectuerai une cure thermale en mars. Si je veux prendre ensuite quelques jours pour me reposer un peu, un départ le 4 avril au soir me parait correct. Voilà qui est fait. Séville, me voilà !

Un jour de trajet, un jour pour visiter la ville et c'est normalement le 7 avril au matin que ce fera le vrai départ. 

Un périple qui fera environ mille kilomètres. Distance qui devrait se faire en 42 à 43 jours;, selon les guides.

Commentaires: 2
  • #2

    Mony (mardi, 28 février 2017 09:21)

    Coucou Clarisse, promis je t'emporte avec moi, dans mes pensées... Tu n'y seras pas seule mais formidablement bien accompagnée de "gens bien"...
    Je te fais de gros bisous ma Dame de Haute Savoie
    Je pars avec JC

  • #1

    Cordée (mardi, 28 février 2017 09:18)

    Si tu peux ajouter une petite place pour moi dans tes pensées...
    Comme j'aimerais le faire aussi, mais bon !
    Tu pars seule ??
    Bises ma belle

mar.

12

nov.

2019

La roulotte des falaises - 76

Lire la suite 2 commentaires

jeu.

31

oct.

2019

Rosalie Lamorlière de Ludovic Miserole

Rosalie Lamorlière,

 

Celle qui accompagna Marie-Antoinette à l'échafaud

 

 

Pour en avoir lu quelques commentaires élogieux, j'ai souvent regardé ce récit sans pour autant en passer par la case achat. Pourquoi ? Parce que je ne suis pas passionnée par les récits historiques. Je délaisse l'Histoire au profit des petites histoires qui gravitent autour. Et ce livre, dans sa présentation avait une connotation forte de " historique"... Jusqu'à ce que je lise ce commentaire d'un lecteur déçu "parce qu'on y parlait trop peu de Marie-Antoinette"... Tiens, tiens... J'ai donc franchi le pas, celui qui allait me mener vers deux belles soirées de lecture.

Parce qu'effectivement on y parle peu de Marie-Antoinette, on parle d'ailleurs très peu également des moments que Rosalie va passer avec la Reine. Parce qu'une vie ne peut pas se résumer à quelques semaines, aussi intenses soient-elles.

Ce récit se situe dans les dernières années de Rosalie, l'évocation de sa vie personnelle, j'ai aimé le temps qu'elle prend pour distiller ses souvenirs, comme si elle ne voulait pas arriver trop vite à ce qu'elle racontera une énième fois, ce pourquoi on est toujours venu la voir, lors des années écoulées. Sa nouvelle interlocutrice qui deviendra une amie s'intéresse à elle, à sa vie, vraiment. 

L'écriture est agréable, on plonge avec délice dans cette période de l'histoire, on suit l'auteur avec bonheur. Un auteur qui a fait un très grand travail de recherches pour s'approcher au plus près de l'Histoire mais ce sont par les notes de bas de page qu'on est plongé dans cette réalité historique. Le reste est romancé, au plus près de la réalité donc, mais romancé et joliment bien.. 

Quelques jolies phrases relevées : 

« les rêves n’ont de valeur que si l’on se donne du mal pour les accomplir »

« Ce n’est pas parce que votre cœur vous fait souffrir qu’il faut lui ordonner de ne plus battre »

J'ai aimé cette Rosalie, et tous les personnages qui ont gravité autour de cette histoire comme Hélène, celle qui part à la rencontre de Rosalie, elle est vraiment attachante. 

Bref, un très bon moment de lecture...

 

 Présentation de l'éditeur

 

Un destin ! Celui d'une petite provinciale, fille de cordonnier, qui va croiser celui de la reine Marie-Antoinette au détour des couloirs sombres et malodorants de la Conciergerie.Une fille du peuple qui rencontrera et assistera les puissants d'hier et les parvenus d'une France qui se cherche. Tous, ou presque, mourront. Elle, la survivante, apportera son témoignage bien plus tard. Relation inestimable pour bon nombre d'historiens qui, pourtant, n'ont jamais essayé de connaître Rosalie Lamorlière. Ce livre, bien que romancé, est la première étude jamais réalisée sur ce personnage clé, témoin privilégié de l'Histoire. Après des années passées dans les Archives, Ludovic Miserole, passionné d'Histoire, vous propose de partir à la rencontre de celle qui fut et restera à jamais la dernière servante de Marie-Antoinette.

0 commentaires

dim.

27

oct.

2019

Les tribulations d'un homme brisé

Les tribulations d'un homme brisé

 

de Loïc Parent

 

Les mots de l'auteur...

 

Il y a des chemins de vie semés d’obstacles et de routes sinueuses. Certains sont plus beaux, plus simples ou beaucoup plus heureux. D’autres sont faits d’échecs ou sont interminables et ennuyeux. Parfois, ils sont semblables, singuliers, contraires et merveilleux. Beaucoup s’arrêtent trop vite, restent inachevés et douloureux.

Le mien est une histoire où je suis mon propre spectateur et acteur. Elle pourrait se terminer par une happy end, mais ce serait tout dévoiler. Reprenez-la du début, c’est ma confession, authentique et sans filtre. Je l’ai écrite avec mon cœur, je ne suis pas écrivain, ni même conteur, Mais certainement grand rêveur.

 

Mon ressenti... 

 

Un livre que j'ai lu en un après-midi. 

L'histoire d'une vie... Une vie qui démarre dans un milieu où certains mots gardent toutes leurs valeurs : travail, courage, respect des anciens, famille, entraide. Tout au long de ce récit, on retrouvera ce sentiment d’appartenance à une communauté : la famille. Loïc ne cesse de remercier, de dire et redire combien, tous, ils ont été et sont présents autour de lui. 

L'auteur ne cherche pas à se dépeindre ni comme un héros, ni comme un être parfait. Il analyse presque froidement son comportement, sa façon d'avancer dans sa vie. 

Même avant son accident, il traversera des coups durs. Malgré tout, il avance, il construit sa vie... Et puis... un matin comme un autre, il a rendez-vous avec l'impensable. 

Il faut moins d'une seconde pour mettre à terre un homme, ses projets, ses rêves...

A partir de là, on est suspendu à ses mots. Loïc raconte. On imagine, on se doute mais peut-on réellement prendre toute la mesure de ce qu'il vit ? Je ne le pense pas. Un récit difficile. L'auteur semble ne rien nous épargner et pourtant, je devine qu'il n'a fait qu'effleurer le récit de ses souffrances. Un récit émouvant mais aussi empli d'amour. Envers les siens. Un récit vrai.

A la fin de ce récit, que je ne détaillerai pas pour ne rien dévoiler ( comme l'explique son auteur), je suis partagée entre colère et impuissance. L'acceptation de son handicap est déjà une épreuve phénoménale, pourquoi devoir y ajouter toutes ces secondes peines que sont les énormes tracasseries administratives, la course à la reconnaissance de son handicap, les besoins financiers énormes qui ne sont pas pris en charge ?

La France n'est pas non plus très bonne élève dans la prise en charge du quotidien de la personne avec handicap. 

Quelques coups de gueules que l'on ne peut que comprendre et qui nous démontrent que, parfois, nos maux sont à relativiser.

Les textes, mis à la fin, nous montrent que Loïc a, aussi, un talent pour écrire, pour exprimer ses maux par des mots... 

 

J'ai l'habitude de remercier l'auteur, à la fin de ma lecture. Ici, je le remercie bien sûr pour le partage, pour son témoignage. Vous qui me lisez, partez à sa rencontre, achetez son livre, une toute toute petite façon de l'aider, un peu... 

A lire... absolument

2 commentaires

ven.

25

oct.

2019

La roulotte des falaises, 76

Lire la suite 0 commentaires

mar.

22

oct.

2019

Un mariage au château Gue Chapelle, à Nousilly 37

Lire la suite 2 commentaires