2017... Le long de la Via Rhôna

En suivant le Rhône, rejoindre la Méditerranée

Petite balade de fin d'été, début d'automne, demandez le programme.

La destination importe peu, seul compte le fait de se retrouver libre, quelque part, riche de temps. Avec l'envie d'observer, écouter, sentir... Une organisationsemblable à celle de l'an passé lorsque nous avons suivi le canal du Nivernais. A savoir une expédition de luxe puisque nous aurons notre lit qui nous suivra, je veux parler bien sûr du fidèle Berlingo rouge qui a la prétention de remplir le rôle d'humble camping car. Une organisation qui nous apporte toute l'indépendance voulue ( il ne nous reste qu'à trouver un camping chaque fois) mais qui nous oblige à une organisation particulière : nous parcourons l'ensemble du trajet en aller retour. Ceux qui pratiquent la randonnée savent bien que cela n'a rien de démoralisant puisque nous voyons les choses de manières différentes, dans un sens puis dans l'autre, pas de lassitude... Nous favoriserons les étapes à pied chaque fois que les distances seront raisonnables ( jusqu'à 30 km).. Au delà nous serons en vélos...

Pour ce départ, un fil conducteur, le Rhône... Nous l'avons déjà parcouru de Genève à Yenne, en 2012. Nous allons reprendre à peu près à ce niveau.

Nous avons choisi comme lieu de départ La Balme... ( un peu au niveau du Belley, sur la carte ci-dessous). L'arrivée ? Si... si... Si... La méditerranée... un parcours d'environ 560 km, donc 1120 km en parcourant l'ensemble en aller retour... Cela ne sera pas exactement cela... Il y aura des sauts de puce faits en voiture si nous devons parcourir des zones par trop industrielles par exemple. Ou des zones réputées dangereuses. Cette Via Rhôna est loin d'être terminée quoique voudraient en dire certains professionnels du tourisme... Nous nous écarterons aussi parfois de l'itinéraire pour aller rendre visite à quelques amis situés « pas trop loin » de notre lieu de passage :) Avoir un véhicule, je le redis, est une vraie richesse, nous en profiterons donc...

Il nous manquait une date de départ, elle vient d'être arrêtée avec mon compagnon de voyage, nous arriverons sur « les lieux » le dimanche 3 septembre en cours d'après midi, pour un départ le 4... GO !!!

Voilà, je crois que vous en savez autant que nous.

Maintenant... Il y aura des questions auxquelles je n'aurais pas forcément de réponse. Il y en a une qui revient chez ceux à qui j'en ai déjà parlé : Vous faites deux périples par an maintenant ? Heu... Non, pas forcément, mais en 2017, oui... Après, on verra... Qui sait si nous partirons en 2018 ? Ce projet était le mien pour 2017, le Chemin de Séville étant celui de JC... Pourquoi attendre 2018 pour réaliser le mien ?

Notre véhicule, notre lit, notre camp de base, bref notre fidèle compagnon qui nous aidera à réaliser notre prochaine virée...

Commentaires : 0

mar.

31

oct.

2017

La Via Rhôna - recueil de notre équipée

Le recueil de cette équipée

 

Un recueil de 60 pages avec une vingtaine de photos couleurs

Pour toute commande s'adresser ici

Lire la suite 0 commentaires

sam.

28

oct.

2017

Fleurs de Pavé - SDF ? " Je n'étais pas à l'abri, vous ne l'êtes pas non plus...

Fleurs de Pavé de Claude Cotard

 

 " Je n'étais pas à l'abri, vous ne l'êtes pas non plus"

Il y a tout un monde de différences entre le récit et la lecture de ce même récit, bien installé « chez soi ». Il y a un toit, des repas chauds, l'accès à l'eau, à la douche, une armoire avec des vêtements adaptés à chaque saison, un espace pour faire sécher son linge. Un endroit pour dormir en toute tranquillité. Un toit pour, aussi, se soigner, et préserver notre si précieuse santé. Une adresse pour maintenir le côté social, pour exister, pour avoir une chance de trouver un travail... Tous ces petits riens, toutes ces choses si habituelles qu'on en arrive à les considérer comme normales. Et qui, oui, devraient être normales et accessibles à tous. Mais... qui ne le sont pas.

Claude nous raconte son quotidien... La peur. La honte. La fierté aussi. La foi.

Les tracasseries administratives pour les demandes d'aide. La lutte perpétuelle contre le renoncement, l'envie de se laisser aller. Résister aussi aux propositions alléchantes pour « trouver du fric facilement ».

Le sort des femmes SDF, peut-être encore plus terrible.

Mais aussi l'entraide, le soutien, la sollicitude entre compagnons de galère. «  J'ai laissé ma cave à Nora qui en a plus besoin que moi »

«  SDF, ce n'est pas un métier facile. Dire qu'il y en a encore qui croient qu'on s'amuse » ...

Il n'est pas toujours si facile de partager certains souvenirs. Quel que soit le gros os qu'on a eu à traverser, lorsqu'on réussit à s'en sortir, il est souvent tentant " d'oublier", et ranger les souvenirs au plus profond de soi...

Je persiste à dire que tout témoignage est important... La vie réserve parfois de bien tristes surprises mais savoir que d'autres sont passés par là et s'en sont sortis est un message d'espoir... aussi... Et, pour les autres, ouvrir un peu les yeux sur ce qui se passe au-delà de leur petit monde sans souci leur permettra peut être de relativiser... Encore faut-il qu'ils acceptent de lire et de s'informer, ceci est un autre problème...

Merci à toi Claude de nous avoir permis d'entrevoir ce monde, pour essayer de comprendre un quotidien inacceptable. Au moins essayer de changer les regards. 

Lire la suite 0 commentaires

mer.

11

oct.

2017

Pas à pas de Séville à Santiago - Récit disponible

Lire la suite 2 commentaires

mer.

04

oct.

2017

En parcourant la Via Rhôna...

Lire la suite 0 commentaires