Strasbourg - Roncevaux

Vous trouverez ci-dessous les détails de notre projet

Ici des extraits de notre récit et, surtout, les photos de notre périple

 

 

Notre projet 

 

Nous avions initialement prévu de partir de Wissembourg mais, après un calcul rapide, rallier Roncevaux en partant de Strasbourg nous occupera déjà 60 jours environ, pour quelque 1400 km, c'est déjà pas si mal si nous réussissons cela...

Le départ est prévu pour le 24 avril où nous dormirons à Strasbourg, arrivant par le train vers 20 h.

De Strasbourg nous rejoindrons le chemin de Vezelay en parcourant, entre autre la route des vins en Alsace... Puis ce sera la descente vers les Pyrénées... Vous pouvez trouver ici les étapes prévues. Ce ne sont bien sûr que des prévisions, la météo, le physique pourront nous faire ralentir...

 

 

13 février

 

J'ai terminé le prédécoupage des étapes.

Je commence à fouiller pour les hébergements. Je rapelle qu'il n'y a ni de bonnes façons de parcourir le chemin, ni de bon ou de mauvais pèlerin... Chacun parcourt son chemin selon ses envies, ses possibilités. 

Pour mon mental, vu mes possibilités physiques, il est important que je sache le matin qu'un lit m'attend le soir. Nous avons déjà expérimenté en 2010, en Bretagne, le fait de ne pas réserver ( Parce que sur les guides ou autre office de tourisme, parfois on ne trouvait rien...parce que tout simplement il n'y avait RIEN) ... Après 7 ou 8 heures de marche, 25 km dans les pieds et apprendre qu'il faut parcourir encore 5 à 6 km pour trouver une chambre d'hôte, hors chemin et à 60 euros la nuit, je n'apprécie que très moyennement ! Mais nous avons connu cela plusieurs fois...

Donc, France oblige, il est mieux de passer par la case réservation...

La première réservation faite sur le chemin de cette année est dans un couvent, pour le 26 avril au soir... À ma question : " C'est un peu tôt pour réserver, non ?" La gentille petite soeur m'a répondu : " Non, non, j'en suis à des réservations pour juillet" !!!!!

Bon, vous pouvez consulter nos étapes en page suivante et si, par hasard, nous passons près de chez vous, et qu'il vous plairait de nous accueillir pour une nuit, prenez contact avec nous, merci à vous. Nos sommes des gens polis, bien élevés, promis !!! Participation financière, bien entendu.

 

14 février

Au fait, pourquoi tenter de trouver des hébergements auprès de mes amis internautes ( ou pas d'ailleurs), pourquoi faire appel aux connaissances, aux amis d'amis ? 

Pourquoi tenter de faire une chaîne de rencontre ? 

L'idée m'en est venue en commençant mes recherches d'hébergement, du côté de l'Alsace, premier lieu de notre chemin. Dès la première semaine, je me retrouve "coincée"... des villes, relativement importantes, sans accueil de groupe, sans gîtes communaux, mais, bien sûr avec des hôtels à 55 euros la nuit, des chambres d'hôtes au tarif similaire, des accueils qui imposent la demi pension etc. En ce qui concerne la demie pension, je répète ce que nous en pensons et qui n'engage que nous. La plupart du temps, les tarifs proposés ne sont pas excessifs, vu la prestation. Le problème c'est qu'un pèlerin qui part pour 2 à 3 mois ne peut pas forcément se payer une DP à 26/28 euros chaque soir... Notre budget moyen de l'an passé a été de 23 euros par jour et par personne, en incluant de temps à autre un hôtel afin que je puisse mieux me reposer. Pour ce prix-la, aucun secret, cuisiner soi-même ( environ 12 euros par jour pour les deux) et trouver des accueils à 10/12 euros la nuit...

Partant de là, pourquoi ne pas essayer de partager notre soirée avec les gens du chemin, en échangeant un service ou en participant financièrement ? 

Premières propositions reçues ce jour, 14 février

- Pierre qui habite du côté de Argenton/Creuse, Eguzon, à définir donc

 Louise-Marie qui se propose de nous accueillir pour les étapes de Bourges et de Charost. Louise-Marie est une collègue des années 80, en Eure et Loir, que j'avais perdue de vue, je savais simplement qu'elle habitait maintenant quelque part dans le centre de la France. Une amie, ex collègue également m'a remise en contact avec elle et voilà... Louise-Marie viendra ensuite passer un WE chez nous en Bretagne, voilà un bel échange qui me plait, bien plus que laisser nos chers euros dans un hôtel....

 

 

25 février

 

Pour les réservations, mon chemin va jusqu'à l'étape de Filain, le 6 mai, ou, de nouveau nous n'avons pas d'autre choix qu'accepter une chambre d'hôtes...

L'Alsace, pays très touristique ne semble pas très intéressée pour ouvrir des gîtes communaux... C'est fort dommage, pour nous pèlerins...

Merci à Sonia qui viendra nous chercher à Molsheim, ville où j'ai galéré fort longtemps, à la recherche d'un hébergement au tarif " acceptable".. . Sonia habite à 7 km de Molsheim, merci à elle de faire l'effort de venir nous chercher... 

 

 

 1 mars

 

À ce jour, j'ai parcouru, en pensée, le chemin jusqu'à Vezelay... En réservant, en téléphonant aux offices de tourisme, aux mairies etc. Partout ce même constat, l'absence totale de gîte communaux. Quelques accueils Jacquaires mais toujours avec cette obligation d'accepter la demi-pension... Résultat pour ces premiers 21 jours, j'en suis à une moyenne de 45 euros/ jour de réservation, parfois avec petit déjeuner inclus, parfois avec demi-pension... Impossible pour nous de tenir dans le temps à ce rythme-là et, de toutes façons, pour nous cela ne ressemble pas à l'idée que nous nous faisons du chemin, en toute simplicité... Alors, disons que ces trois premières semaines seront du tourisme, nous espérons qu'à partir de Vezelay nous retrouverons l'esprit du Chemin... Un toit, une douche, un lit, des rencontres....

Commentaires : 2
  • #2

    Mony (mercredi, 28 septembre 2016 15:47)

    Merci à Dominique pour son avis reçu ce jour
    PAS À PAS – DE STRASBOURG À RONCEVAUX
    De : Monyclaire
    Comment ne pas éprouver de l’admiration pour ce couple sympathique de Pèlerins prêts à déplacer des montagnes pour arriver à leur but final. Ce journal de bord relate toutes les difficultés rencontrées sur le terrain par nos deux marcheurs malgré une préparation minutieuse de cette pérégrination au long cours.
    Joie, bonheur, souffrance sont le lot des sentiments ressentis lors de chaque étape qui nous entraîne à la découverte d’une France magnifique. Relier Strasbourg à Roncevaux par la marche n’est pas promenade anodine et reste une aventure héroïque.
    Nos deux pèlerins Monique et JC seront encouragés tout au long du parcours par des gens généreux qui leur donneront la force de redémarrer chaque lendemain. Lors de ce périple, ils seront protégés et guidés spirituellement par une âme bienveillante, c’est certain.
    Abnégation, gentillesse, attention, représentent quelques mots pour définir Monique et JC. Les rencontrer est source de richesse morale et intellectuelle.
    Félicitations Monique, et à bientôt…
    Le 28 septembre 2016
    D.CHEVALIER

  • #1

    monyclaire (jeudi, 09 avril 2015 09:57)

    Commentaire reçu ce jour de la part de Yeni, notre jolie Mexicaine rencontrée sur ce chemin.
    "
    J'ai fini de lire ton livre...
    Qu'est ce que je pourrais dire? Comment est ce que je pourrais trouver des mots pour remercier de tout ce que j'ai trouvé ? Toute votre amitié, sympathie, messages si beaux... Comment je peux répondre et remercier : "et bien sur Yeni et Ana, nos deux adorables Mexicaines qui ont éclairé notre chemin de leur si joli sourire"? Pas de mots pour ça !
    Je suis très touchée de trouver votre estime pour nous dans ce livre. Déjà ça a été spécial au début, l'attente qu'il arrive, après j'ai eu l'opportunité de connaître votre chemin avant que cela touche le nôtre. De voir les coïncidences. Les jours qu'on s'approchait déjà. Après, la division Nevers-Bourges. De voir comme on était déphasées d'une étape à la Souterraine et, avec notre arrêt à Limoges, comment on s'est finalement rencontrés après. De savoir comment s'est passé votre rencontre avec Jacky, Jean Jacques... comme Ana et moi nous avons pensé que vous étiez un groupe déjà si intégré alors que vous vous étiez peut être rencontré quelques jours avant nous. Donc ça m'a fait réfléchir de comment les autres nous voyaient tous ensemble, c'est à dire comment les bénévoles, les propriétaires d'un bar, d'un gîte ont pu penser la même chose de nous tous alors qu'on n'avait que quelques jours ensemble. Et on faisait déjà un équipe !
    J'ai senti que j'ai parcouru la première partie de votre Chemin avec vous... et je me suis transporté aussi à mon propre Chemin, les jours de pluie, oui on était la... les chemins boueux, oui on a aussi passé, une journée avant ou une après... le soleil, le froid... on était là aussi à quelque kilomètres de vous.
    J'ai vécu (comme revivre?) encore quelques journées qu'on a passé là bas. J'ai réalisé la chance que Ana et moi et les autres pèlerins qui ont marché à vos côtés on a eu. Parce que déjà de te lire on peut vivre le Chemin, mais nous qui étions là, ça a resté une trace de notre Chemin dans ce livre. Quelles émotions, on peut vivre en train de le lire ! Comme je voudrais que Jacky et Jean Jacques puissent le lire auss i! Ils pourront se transporter comme moi à Captieux dans l’apéritif avec Jean Jacques, après dans le dîner à Sainte Ferme avec Greta et Joseph aussi, dans cette auberge je ne sais pas où avec la dame autrichienne qui ne nous laissait pas dormir hehe! Le dîner partagé à la salle des fêtes, les sentiers partagés, les petits messages de JC, les rires, la fatigue, arriver à Saint Jean Pied du Port et que vous étiez sur la porte ça a été trop spécial. Combien de pèlerins ont une chance comme ça ? Au fait, quand on partait le lendemain, je dormais presque encore, héhé et tout d'abord je t'avais pas vu sur ta fenêtre ! Quelques minutes après, quand j'ai réalisé, j'ai eu la nostalgie de comprendre que ton chemin finissait là bas
    Quels souvenirs ! J'ai adoré ce livre et merci beaucoup de tous les efforts que tu as fait pour l'emmener jusqu'à ici ! Mille merci !!"