REFLEXION SUR NOTRE CHEMIN

Acheter Pas à pas de la Bretagne à Santiago

                                

 

                                      Et s’il suffisait d’y croire…

Nouvelle dont le thème était : Le voyage. En voici quelques extraits.

 

Nous sommes arrivés avant-hier, mon mari et moi, à Santiago de Compostelle. L’émotion a été très forte. Nous sommes aujourd’hui au Cap Finistère Espagnol. Là, face à cet océan, je réalise, incrédule, que nous sommes arrivés au terme de notre voyage. Cette fois-ci, Il faut vraiment faire demi-tour. Notre chemin s’arrête là. Mes sentiments s’entrecroisent et je ne sais celui qui prédomine. La satisfaction, voire la fierté d’avoir réussi cet incroyable pari avec nous-mêmes ? La tristesse de voir finir une belle aventure ? La certitude d’avoir beaucoup appris et de repartir plus forte ? Oubliées les douleurs, la fatigue de certains jours, rien ne compte face à cet immense bonheur d’être allée au bout de mon rêve.

Peu de nos proches nous ont pris au sérieux lorsque JC et moi leur avons  fait part de notre projet : Partir du cœur de la Bretagne, rejoindre Santiago en passant par Nantes, Bordeaux, Bayonne. Arrivés en Espagne, suivre la côte le plus longtemps possible en suivant le « Chemin du Nord ». Si JC est sportif, je ne pouvais, moi, prétendre réussir un tel périple. De mon cancer, j’avais gardé une résistance moindre et un handicap à l’épaule qui m’empêcherait de porter mon sac à dos du côté gauche. Opérée récemment d’un pied, je partais aussi avec une inflammation. Alors, non, nous  n’irions  pas bien loin ! Tel était l’avis de notre entourage. Pour nous, pourtant, aucun doute, nous allions réussir...

 

 

 

 

 Plus tard, nous  avons plongé au cœur des montagnes Asturiennes, au milieu de paysages grandioses. Seuls dans ces décors fabuleux, le reste de l’humanité nous semblait bien loin ! Au cœur de ces vallées profondes et inhabitées, nous aurions  presque trouvé normal de voir surgir un dinosaure. Nous avions  conscience de la petitesse de l’Homme, ce maillon insignifiant à l’échelle de la planète.

 

 

Je ne peux pas dire que la pluie nous ait beaucoup troublés, protégés comme nous l’étions par nos ponchos. En chantant à tue-tête, il nous est souvent arrivé de nous  moquer (gentiment !) des automobilistes rencontrés, bien à l’abri, et pourtant si renfrognés ! Par contre, l’état des chemins avait beaucoup plus d’impact sur nous. Après une averse, ceux-ci se transformaient en un mélange de boue et de bouse dans lequel nous devions patauger joyeusement. Sur le guide, lorsque nous devions passer par un chemin creux, il était noté d’emprunter un chemin « bucolique ». Ce joli mot avait pour moi une connotation poétique qui s’accordait mal avec nos vêtements boueux et nos chaussures crottées de ces moments-là !...

 

 

Sur ce chemin du Nord, il ne faut pas craindre la solitude.  C’est une compagne qu’il faut apprivoiser. Elle nous emmène sur la voie de la méditation qui nous permet de mieux nous comprendre, mieux nous aimer parfois. On ne part pas pour oublier ses problèmes, car, partout, on les emporte avec soi. On apprend à les relativiser, à mieux apprécier le quotidien.

 

 Cette belle aventure m’aura beaucoup appris. J’ai dû parfois dépasser, non pas mes limites, mais ce que je croyais être mes limites. J’ai eu la faculté de réussir. Cet état de bonheur dans lequel je suis plongée est dû, à mon avis, au fait de prendre conscience que l’impossible n’est qu’une apparence. A chacun de tenter de s’en rapprocher au mieux.

Et s’il suffisait d’y croire ?

Mony

Retrouvez l'intégralité de ce texte court dans mes livres : "Pas à pas de Bretagne à Santiago" et également " En attendant les coquelicots" et " Chemins d'ombre et de lumière"

Cliquez sur leur couverture pour en savoir plus.

 

Commentaires : 4
  • #4

    daviddevouvant (mardi, 27 avril 2010 19:48)

    je viens de parcourir vos albums photos, je pars le 10 mai, et j'ai hâte de pouvoir vivre moi aussi ce chemin.
    Tout simplement Bravo!!

  • #3

    Chloé Keliai (vendredi, 05 mars 2010 17:01)

    Je te trouve très courageuse, car malgré les coups durs de la vie, tu as réussi à te surpasser et prouver aux autres que comme on dit si bien "quand on veut on peut!" un grand bravo, je suis très admirative car cela doit être dur et très long! C'est une expérience que j'aimerais réaliser plus tard, je te demanderais des conseils ;-) Grosses bises à toi ^^

  • #2

    roger (mardi, 05 janvier 2010 19:44)

    j'ai fait le chemin tout seul (1700kms)
    je ne me croyais pas capable de le faire et je l'ai fait mais vous bravo, quel courage
    quel exemple à suivre
    à bientôt sur un chemin

  • #1

    Joëlle (mercredi, 16 décembre 2009 08:31)

    Dans " Fiction et réalité", le texte que j'ai surtout apprécié et qui m'a fait repenser à un autre drame , c'est " A celui qui ne vieillira jamais", super texte sur le suicide.
    Merci à vous pour mettre si joliment des mots sur nos émotions
    Joëlle

Le livre en attendant les coquelicots
Le livre Chemins d\'ombre et de lumière
Acheter Pas à pas de la Bretagne à Santiago