Pas à pas de Bretagne à Santiago

 

 

13 euros, plus 3 euros de frais de port , paiement par chèque ( me contacter ici )

Ce livre raconte notre périple qui nous mena après 1700 kms de parcourus en 74 jours de marche à Santiago de Compostelle...

 Pourquoi ou pour quoi part-on vers Compostelle ? Que se passe-t-il sur ce chemin ? Qu'y trouvons-nous ? Chacun a sa réponse personnelle à ces questions, c'est de l'ordre du privé, de l'intime. Ici, voustrouverez les détails de notre périple, le carnet de bord de ces 74 jours de cheminement. 5.6kg pour tout bagage. Une distance de 1700 kms à parcourir. Et du temps, du temps à volonté! Dans quel étatd'esprit est-on lorsqu'on quitte tout, ses repères, ses habitudes, son confort? Vous découvrirez avec nous que rien (ou presque) n'est impossible. "Ils ne savaient pas que c'était impossible, alorsils l'ont fait". Mark Twain Nous vous souhaitons un beau chemin avec nous

 

 

Notre périple de Genève à Saint Jean Pied de port

 

 

Commentaires : 1
  • #1

    tresse (jeudi, 28 novembre 2013 17:18)

    J'ai aimé ce livre; je les ai accompagné tout le long du chemin . Je marchais à coté d'eux sur les petits chemins; je voyais la campagne, je sentais aussi les cailloux. Leurs arrêts étaient pour moi presque aussi nécessaire, c'est formidable de vivre un livre de cette façon. Je le conseille à tous tellement c'est enrichissant. Yvonne

 

 

Quelques commentaires reçus ici ou ailleurs...

Commentaire de Paul De Simone :
Pas à pas de la Bretagne à Santiago
Bonsoir chère Mony, et cher Jean-Claude. Je suis fier de Jean – Claude, car il a su protéger sa petite femme, fragile ! Quelle aventure vous avez réussie là ! Je n’aurais jamais pu faire cela ; je n’aime pas marcher ! Vous pouvez être fiers de vous ! Bravo ! À vous deux, et à tous les autres pèlerins ! J’ai réussi à terminer votre
voyage avec vous. Je suis épuisé tant vos récits sont prenants parfois, les erreurs de parcours, la pluie presque tout le temps oh la la ! Quelle galère ! Le mal dormir ! La bouffe pas toujours agréable ! Cela restera un souvenir unique pour vous et je vous envie bien sûr de ne pas pouvoir en faire autant je vous embrasse et vous dis un grand bravo bisous a vous deux. Paul De Simone

 

Voici le commentaire d'une lectrice qui a lu ce livre dans le cadre " des livres voyageurs", L'avis d'Everbook Bookablok : http://bookablok.blogspot.fr/2012/06/pas-pas-de-la-bretagne-santiago-de.html

"C'est le livre émotion du mois de mai, j'ai eu l'impression de partir avec eux sur ce chemin, c'est dur, même très dur, mais on se rend compte que c'est une très belle aventure humaine avec de belles rencontres mais c'est aussi très psychologique, physique et demande une longue préparation. Ils ne font pas ce parcours pour des raisons religieuses ou de recherche de soi mais plus pour se prouver qu'ils peuvent le faire.
J'ai eu beaucoup d'affection pour notre couple, ils ont une volonté de fer, ils se soutiennent, on sent vraiment leur amour à travers ce livre.
Mony est la plus fragile et pour cause elle part avec un pied et une épaule fragiles, du coup JC est vraiment à son écoute, il se fait beaucoup de soucis pour elle et même s'il est fatigué s'il faut faire 1 km de plus pour chercher leur repas, il y va, en laissant Mony se reposer. J'ai aimé leur complicité, leur humour mais j'ai vraiment eu peur à deux reprises qu'ils abandonnent.
Chaque jour fait à peu près une page voire deux, ils ne nous racontent pas tout dans les détails mais l'essentiel est dit : leurs escales, leurs organisations, les albergues, les paysages, les petits moments qu'ils apprécient...C'est un livre à deux voix puisque vient se glisser quelques commentaires de JC dans le récit de Monyclaire et j'ai bien apprécié car on a vraiment le ressenti de nos deux pèlerins.
L'écriture est vraiment sympa et entrainante, une fois que je l'ai commencé je n'ai plus eu envie de le lâcher !
A la fin, on retrouve également le suivi qu'à fait leur fils Yoann, pour tenir au courant tous leurs supporters et on se rend compte qu'ils n'étaient pas seuls finalement à voyager."

 

Corinne Gatel-Chol

Ils ne savaient pas c'était impossible, alors ils l'ont fait... 
J'aime beaucoup cette phrase de Mark Twain qui résume un peu, il me semble, le périple de Monique.
Celle-ci, au début du livre, vient de "fêter" ses dix ans de rémission à la suite d'un cancer qui a, et nous le comprenons, boulversé sa vie. Cette idée de départ, c'est un peu un challenge... et s'il suffisait d'y croire... 
Et nous y croyons avec elle, tout au long de ces 1700 kilomètres de boue, de pluie, de chutes, de douleurs... mais de soleil aussi... et de belles rencontres !
Livre témoignage à deux voix : la sienne et celle de JC qui l'accompagne. Son point de vue à elle, son point de vue à lui. Souvent identique mais regard différent.
Mots simples, phrases bien construites qui touchent et nous entraînent jusqu'à Saint-Jacques et plus loin jusqu'au Cap Finisterre, terre celte, endroit magique que j'ai tout particulièrement apprécié (en vrai) pour sa similitude avec notre Finistère à nous...
Au fiinal 74 jours de périple avec en prime, au retour, la rencontre avec Elisa, leur petite-fille, née durant leur absence.
Un témoignage m'a beaucoup touché, celui de ce vieux, très vieux, qui dit ne plus avoir d'avenir, mais beaucoup de présent...

 

Voici quelques témoignages reçus sur mon site :
Irène :
Bonjour Mony
J'ai acheté ton bouquin et je l'ai lu d'une traite. Ce chemin de nord, il n'est pas facile. j'ai très envie de le faire moi aussi.
Bravo pour ton courage.
J'ai dormi moi aussi chez Jeanette et Augustin. Comme ils sont sympas! Nous avions parlé de toi.
Ils t'ont beaucoup apprécié.
Amitiés 

Joëlle (dimanche, 29 novembre 2009 11:03) 

Je découvre un témoignage bouleversant, suite à ton cancer, ta découverte de la maladie, ta victoire contre ce dernier, ta volonté et au bout les chemins de St Jacques.
J'ai eu l'impression, en te lisant, que c'était moi qui parlait.
Besoin de me retrouver, besoin de donner un autre sens à ma vie, besoin de donner, de faire des rencontres merveilleuses, de me découvrir et de découvrir plein de choses.
Le chemin, j'ai commencé à le faire dans ma tête, il est parfois semé de doutes, d'incertitudes, de moments de découragement.
Es-tu passée par là aussi ?
Le chemin est le chemin de la vie, et j'espère avoir les réponses à toutes mes questions à l'issue du chemin.
Au plaisir de te lire.
Bravo encore !
Ton témoignage m'incite encore plus à le faire !

Commentaire de Yvonne :
"Je viens de terminer "pas à pas de la Bretagne à Santiago", je suis subjuguée par ce récit, j'ai vécu vos étapes en marchant près de vous tellement c'était bien. J'ai reconnu la campagne française, découvert l'Espagne, ce petit bateau..".Le courage de la gamine, comme ton mari t'appelle dans ce livre" félicitations, et les impromptus... Le relais des fils, famille, formidable voyage. amitié ." 





Monyclaire a écrit le 23 février 2012

Commentaire de Camille Arman :
"Le cancer est une merde
Quand on s’en sort on est plus fort
Mony sait ça.

Depuis elle a choisi de prendre le temps
De donner du temps à ses rêves
Au lieu de les rêver.

Ca passe par :
Mille sept cents kilomètres de foi et d'endurance
Le système DSLRC
Les maux de pieds
Les logis trop petits

Et plus encore…

Des rencontres humaines
Les retrouvailles avec les éléments,
La faim, la soif, la boue et tout le tremblement .
Heureusement elle n’est pas seule
Son amour l’accompagne.
Sans lui, elle n’aurait pas pu
Ou du moins pas fini le parcours
Celui-là. et peut-être un autre aussi...
C’est le récit du compagnonnage d’une vie
Et rien que pour cela…

Marcher c’est se mettre au ralenti
Aller à contre courant de l’inessentiel..
Mony, merci de m’avoir emmenée avec vous sur vos Chemins de Compostelle,
En parallèle
Alors vous aussi lisez « Pas à pas, de la Bretagne à Santiago »,
Vous en ressortirez grandis !

Camille Arman