L'ESPOIR POUR HORIZON

AVANT-PROPOS

 

A tous les enfants victimes de la folie des hommes.

À tous les parents qui vivent l’insupportable.

Ce roman est une pure fiction. Malheureusement les faits s’inscrivent dans une réalité qui n’est pas du domaine de l’impossible. Une réalité effroyable pour chacun des parents qui, un jour comme un autre, voient leur vie basculer.

Personne n’est en mesure de comprendre l’enfer qui survient dans ces familles touchées par une disparition d’enfant. Dans ce récit, j’ai essayé d’imaginer l’inimaginable, de me mettre dans le coeur de Mathilde, la maman. Je sais que je suis très loin d’avoir saisi toute l’intensité de son chagrin et de son désespoir...

À toutes les Mathilde, à tous les Denis..

 

POUR LE COMMANDER, ME CONTACTER

Vendu 11 euros plus 2.50 pour participation frais de port.

EXTRAITS

 


Page 21

Flora s’équipa de son sac à dos, fit un très gros bisou à sa maman et s’éloigna comme une grande. Mathilde ne la quitta pas des yeux et, après que la petite se fut retournée pour lui envoyer un dernier baiser, elle la vit disparaître au coin de la rue. Elle ne savait pas encore que venait de débuter la pire de ses journées, que son avenir ainsi que celui de Denis allaient devenir noirs, couleur de chagrin et de désespoir.

Elle attribua ses douleurs d’estomac à celles que ressent chaque maman lorsqu’elle doit quitter son petit bout de chou. Elle essaya de se rassurer, ce séjour allait bien se passer, Flora rentrerait et serait si fière de raconter ses vacances....

 

Page 31

Mathilde se tordait les mains de douleur et semblait insensible aux témoignages des autres mamans. Celles-ci se sentaient impuissantes et tentaient de rassurer Mathilde, du mieux qu’elles le pouvaient. Mais, malgré elles, elles éprouvaient toutes un drôle de sentiment dont elles n’étaient pas fières. Elles étaient soulagées, oui, soulagées de ne pas être à la place de Mathilde et de cela, elles se sentaient coupables.

 

Page 33

Il était presque minuit et pourtant aucun d’eux n’avait envie de rejoindre leur chambre. Mathilde se dirigea vers celle de Flora et se pelotonna sur le lit. La pièce avait un air abandonné, sans les quelques objets familiers qui ne quittaient jamais Flora. La petite fille avait bien entendu mis son doudou et sa poupée préférée dans son sac. Pas question de rester sans eux toute une semaine. Pour Mathilde, des questions horribles lui venaient à l’esprit. Est-ce qu’on lui avait laissé son doudou ? Est-ce qu’on l’avait brutalisée ? Que lui voulait-on ? Pourquoi elle ? Et la pire de toutes : était-elle encore vivante ?

Elle hoquetait, retrouvant difficilement son souffle. Denis, pour l’apaiser, s’étendit à côté d’elle. C’est ainsi qu’ils passèrent leur première nuit sans leur fille, lumière allumée, pour avoir moins peur.

 

 

 

Commentaires : 11
  • #11

    Mony (lundi, 22 mai 2017 20:46)

    Merci Christine... Oui, nous allons en parler, merci à toi
    à bientôt

  • #10

    Thomas (lundi, 22 mai 2017 20:42)

    S'il fallait te désigner, je dirais "espoir et bienveillance". Tout toi.
    Qu'il est beau, ce roman, le cœur s'exprime au fil des pages.
    Bientôt, nous en parlerons en studio radio.

  • #9

    thomas (mercredi, 19 avril 2017 16:14)

    Dans ce roman, l'auteur déploie avec talent la palette des sentiments, lorsqu'un événement douloureux frappe.
    Monyclaire est avant tout une belle personne, une pelle plume, et surtout attentive et bienveillante avec l'Homme.
    Merci pour ce beau récit, puisse-t-il permettre d'avancer, en dépit des cailloux que nous réserve le Chemin de vie.

  • #8

    Mony (dimanche, 24 juillet 2016 17:56)

    Merci à Dominique Chavalier pour son commentaire :
    L’ESPOIR POUR HORIZON
    De Monyclaire

    En guise d’introduction un pèlerin, peut-être est-ce l’Auteure, traverse le lieu du drame, un petit village bien anodin dans lequel tout le monde il est gentil…

    Ce roman est un véritable témoignage et une enquête de fond concernant un fait divers dramatique malheureusement trop répandu qui sème l’angoisse, le désespoir et la souffrance des protagonistes.

    Atmosphère de plus en plus pesante à chaque page tournée. L’inconnu fait peur lorsqu’il y a un enfant en cause !

    Monique, tu as effectué un véritable travail de thérapeute insistant sur l’aspect psychologique des acteurs vivant l’effroyable situation.

    Pourquoi ? Qui ? Comment ? L’Auteure répond à toutes ces questions dans un magistral exercice de style qui structure son roman de manière particulièrement originale.

    Introduction, développement, conclusion. Espoir et ténacité, l’espoir pour horizon…

    Je recommande à tous la lecture de ce roman intemporel qui laisse à réfléchir !

    Le 21 juillet 2016
    D.CHEVALIER.

  • #7

    monyclaire (mercredi, 26 novembre 2014 07:15)

    Merci beaucoup Yeni. Tout d'abord pour avoir apprécié mon roman et ensuite d'en parler si joliment ici. Pour mes autres passagers vers ici, je précise que Yeni est ma lectrice la plus lointaine puisqu'elle habite le Mexique. Nous avons eu le grand bonheur de faire sa connaissance ainsi que de Ana, sa soeur, cette année sur notre chemin de Compostelle...
    Merci à Toi Yeni

  • #6

    Yeni Benavides (mercredi, 26 novembre 2014 05:58)

    Je viens de finir L'Espoir pour horizon... je suis encore étonnée !! J'ai adoré ! Je ne sais pas quoi dire, j'ai seulement toutes les émotions encore avec moi. J'avais cet abattement de lire la première partie, car j'ai pensé ils la retrouveraient jamais et après quand j'ai vu que la lettre de la mère date de 5 ans après!... Et ensuite je savais pas c’était quoi cette histoire des sœurs et quand j'ai commence a lire j'ai pas pu arrêter de lire car je voulais savoir !! J'ai lu cette journée un tiers du livre et c’était seulement car c’était déjà trop tard et je devais travailler le lendemain que j'ai arrêté... J'ai quand même des sensations tristes a la fin. De tout ce qui c’était passé...

    Mais c'est le but d'un livre, qu'il nous emmène a ce point la...

  • #5

    monyclaire (lundi, 29 septembre 2014 17:22)

    Commentaire reçu par Christiane, une jeune femme qui travaille à la cure thermale de Bagnoles de l'Orne et à qui j'ai offert ce roman.
    " J'ai lu "L'espoir pour horizon", très bien tourné mais je n'ai pas arrêté de pleurer à partir du moment où ( là, je coupe son commentaire qui raconte un peu trop mon roman) , c'est très émouvant jusqu’à la fin, c'est super.

  • #4

    monyclaire (jeudi, 10 juillet 2014 08:25)

    Extrait d'un message privé, reçu par Marie Noëlle :
    " Alors que j'avais à peine commencé ton texte , un événement très inattendu est venu nous perturber et mettre en exergue la finesse de ton analyse émotionnelle quant aux sentiments immédiats de l'après enlèvement de la petite Flora. Tes mots, pour simples qu'ils étaient, prenaient une ampleur considérable dès le moment où j'ai vu la photo de ma filleule sur FB, Maria la collégienne de Bretagne, disparue après avoir pris la route de son collège. Ce fut un choc ! 
    Ni la donzelle, ni le garçon n'ont donné signe de vie pendant 13 jours, jusqu'à ce que police espagnole les déniche dans le sud du pays. 
    Bref ! Ceci explique que ton roman est resté en attente car tes mots démultipliaient mon appréhension, mes peurs (il faut bien dire le mot) et l'attente anxiogène.
    Note qu'au-travers de ce que je t'explique, tu dois comprendre combien j'ai pu trouver la finesse des diverses émotions que tu décris. Le compliment est dans cette phrase. 
    La dernière partie de ton texte allait dans le registre contraire, celui de l'espoir, des projets, des retrouvailles, mais toujours avec la même justesse de ton. 
    Et, bien sûr, on aimerait que toutes les disparitions finissent ainsi, surtout celles de jeunes enfants.
    Voilà. Tu sais tout.
    La vie n'est pas toujours de tout repos mais nous offre des thèmes d'écriture."

  • #3

    Tresse (mercredi, 02 avril 2014 18:51)

    Quelle histoires dès les premières lignes, sommes pris par la disparition, qui peut bien être ce monstre.Cette souffrance pour les parents et de l'autre côté pour Flora, qui se demande quand reverai-je papa et maman? Une chance que des gens aiment parcourir le monde.Quelle grande joie à la fin pour tous, et pour moi lectrice qui me sentait si proche, mais tres proche de Mathilde. Mony merci, de m'avoir fait vivre un instant pareil . Yvonne Tresse

  • #2

    monyclaire (dimanche, 16 mars 2014 10:02)

    J'espère que ce roman te plaira, merci de ta commande, belle journée à toi
    Mony

  • #1

    ferrand yolande (dimanche, 16 mars 2014 09:24)

    Très envoûtant je reste sur ma faim. Pour m'assouvir je vais passer commande. Les sentiments sont très bien décrits à tel point que l'on ressent ce que Mathilde ressent rien qu'à lire ces quelques lignes. Bravo Monique