A celui qui ne vieillira jamais

A mon père

 

D’un jour à l’autre.

 

Un jour, le bonheur, le rire, la vie, le lendemain, la mort, le chagrin et les larmes.

Tu as partagé avec nous ce samedi-là, fait de moments simples, de ceux qui feront de beaux souvenirs. Tu as ri avec nous. Nous as-tu envoyé un signal que nous n’avons pas su ou pas voulu voir ? Que savais-tu, à ce moment-là, de tes projets du lendemain ?

Nous nous sommes quittés sur un «  à demain » que chacun se lance comme un dû, une évidence. Lorsque je t’ai embrassé, je n’ai pas assez profité de tes yeux, de tes bras. Un mot, un geste. Aurait-il été possible de changer le cours de ton histoire ? Ta décision était-elle sans appel, mûrement réfléchi ? Au contraire, était-ce une impulsion venue au cours de ta toute dernière nuit ? Nous ne le saurons jamais.

Après l’incompréhension, la colère, le chagrin, après les mille et une questions que nous nous sommes posées, le temps a fait son œuvre, nous apportant un peu d’apaisement. Tu as choisi de partir sans notre mère, après plus de 50 ans de mariage, vous sembliez heureux. J'ai beaucoup de mal cependant à comprendre ce chagrin que tu lui a imposé.

Nos parents nous donnent la vie. Jusqu’à quel point nous appartient-elle ? Tu disposais de la tienne, certes, mais en y mettant un terme, n’as-tu pas amputé une partie de celle de notre mère ? Mais ne t’inquiète pas, je n’ai ni le droit ni l’envie de te juger. Je t’ai promis de ne plus t’accabler de mes reproches, je t’ai promis d’accepter ta décision.

Tu étais un homme dynamique, imprévisible, gai, j’ai revisité nos photos qui parlent si bien de toi. C’est l’image de cet homme-là que je garderai en mémoire, pour moi tu ne vieilliras jamais.

Comme l’as dit un de nos grands chanteurs, tu vas passer ta mort en vacances, près de ta rivière. Je souhaite que le repos que tu es allé y chercher soit paisible.

Hier la mort, le chagrin et les larmes, aujourd’hui, l’acceptation, demain le bonheur, le rire… La Vie.

Mony

Écrire commentaire

Commentaires : 4
  • #1

    Zoridae (mardi, 17 novembre 2009 09:42)

    Ton texte est poignant et me touche profondément... Ti écris "Nos parents nous donnent la vie. Jusqu’à quel point nous appartient-elle ?" et j'ai cru lire que la vie de nos parents nous appartenait un peu, parce que de la leur était née la mienne. Lu trop vite mais n'est-ce pas un peu vrai, aussi ?

  • #2

    Joëlle (mercredi, 16 décembre 2009 08:34)

    Je n'avais pas mis mon commentaire au bon endroit, je le remets donc ici.
    Dans " Fiction et réalité", le texte que j'ai surtout apprécié et qui m'a fait repenser à un autre drame , c'est " A celui qui ne vieillira jamais", super texte sur le suicide.
    Merci à vous pour mettre si joliment des mots sur nos émotions
    Joëlle

  • #3

    monyclaire (jeudi, 12 janvier 2012 15:21)

    Message de Christine Casuso :
    Je viens de finir "chemins d'ombre et de lumière". Voyager par les mots, avec Monique Sauvanet c'est toujours le cas. Les émotions se bousculent au fil des textes forts qui se succèdent. Je n'ai pu retenir mes larmes sur la nouvelle "un locataire de passage". Des sentiments divers se sont bousculés et m'ont submergée. Ce recueil tantôt touchant, tantôt bouleversant est écrit toutefois avec beaucoup d'optimisme. Les rythmes et les styles se croisent pour mieux en apprécier sa lecture.

  • #4

    Jean-Jacques (mercredi, 17 août 2016 13:53)

    Que d'émotion !
    Pas le droit de juger.... Certes mais le devoir d'apprécier ce qui nous fait grandir ou régresser pour l'avenir des autres.
    Je ne m'explique cet acte que par l'expression courageuse d'une souffrance insupportable. Mais qui suis je ? Sinon pauvre ou misérable ?
    À bientôt

Allez jeter un oeil sur le site de TheBookEdition, vous y trouverez de nombreux ouvrages de qualité, de ceux que l'on ne trouve pas ailleurs http://www.thebookedition.com

Découvrez la playlist 5 avec André Rieu