UN SITE TROP PAISIBLE

Voici quelques extraits :

Acheter Un site trop paisible

 

 

 

Dans le compartiment, Justin était maintenant seul avec Cathy, son accompagnatrice. Il s’étira et soupira d’aise, c’était ici que ses vacances commençaient réellement. Justin ferma les yeux, se souvenant comment toute cette histoire avait débuté, pendant des vacances de printemps, il y a trois ans....

 

Un soir, le téléphone avait sonné chez ses parents. C’était la femme du maire du village. Elle s’occupait d’une association dont le but premier était de rencontrer des familles pour accueillir des enfants durant les vacances. Elle en avait trouvé une pour Justin, il fallait donner sa réponse rapidement. Au départ, cette idée avait profondément choqué Justin, il ne voulait pas être catalogué, faire partie des enfants défavorisés....

 

Ses parents avaient accepté, pour son bien, lui dirent-ils, cette proposition de séjour dans un petit village de Haute-Savoie, pendant le mois de juillet.

Le moment venu, Justin avait assisté sans entrain aux préparatifs de départ. Il avait appris qu’il serait accueilli par une grand-mère, madame Fertier, elle habitait seule. Déjà, il savait qu’il allait s’ennuyer sans ses copains, il n’avait qu’une hâte : reprendre le train du retour.

Il avait fait la connaissance de Cathy, la jeune fille qui l’accompagnerait jusqu’à la gare du Fayet, village de Haute-Savoie où madame Fertier viendrait le récupérer, comme un vulgaire colis...

 

Pour l’heure, Justin arrivait aussi au terme de son voyage et, bientôt, il serait comme ses amis confié à une inconnue. L’angoisse le tenaillait, il aurait tellement voulu repartir chez lui, passer son été, comme d’habitude, avec les copains. Comme les adultes étaient fatigants à toujours vouloir décider pour les enfants ! Le train entra en gare et Justin suivit docilement Cathy, résigné. Celle-ci se dirigea vers une femme qui ne ressemblait en rien à une grand-mère. Pourtant, elle se présenta, il s’agissait bien de madame Fertier. Elle n’essaya pas de l’embrasser et il trouva ce signe de bon augure. Si cette dame voulait bien ne pas se montrer trop envahissante, alors, peut-être que ce séjour serait supportable. Tout en bavardant avec Cathy, elle lui avait repris la valise des mains, pour la donner à Justin. Un bon point de plus pour elle, elle ne le prenait pas pour un bébé...

 

L’endroit était paisible, d’ici on surplombait toute la vallée. Ce qui dominait par-dessus tout, c’était cette impression de bout du monde. Ici, tout était calme, beau, tranquille. Justin se sentit à l’abri, protégé, il sut de suite qu’il allait se plaire ici, pour peu qu’on le laisse souffler et vivre ses vacances...

 

Les jours s’écoulèrent avec pour Justin de formidables occasions de découvrir une autre forme de vie. Avec mamy Jenny, tout pouvait arriver ! Elle n’avait pas son pareil pour vous surprendre...

 

Justin, recroquevillé dans un fauteuil, l’air hagard, était incapable de dire un mot. Attends un peu, je vais chercher Marina, et je descends nous préparer un chocolat chaud, je crois que cela te fera du bien. 

Il n’avait pas bougé lorsque Marina pénétra dans la chambre. Elle s’assit près de lui et il vint se blottir contre elle. Ce n’était plus qu’un petit garçon de dix ans, perdu au milieu d’une histoire d’adulte, une histoire sordide. Il se mit à pleurer et Marina le réconforta de son mieux...

 

Ces bandits ne plaisantaient pas, Charles devinait qu’ils n’hésiteraient pas à les supprimer tous, avant de disparaître dans la nature. Il se maudissait, il aurait dû avertir ses anciens collègues dès son arrivée. Se sentir ainsi impuissant face à ces deux vauriens le faisait rager intérieurement. Une autre inquiétude le gagnait, que faisait Justin ? Avait-il eu le temps de se cacher ? Malheureusement, il n’était pas le seul à s’être aperçu de l’absence de l’enfant. Le plus âgé, celui qui semblait prendre les décisions, commençait à les rassembler dans la cour quand son acolyte s’écria : « Mais où est le gosse ? » Chacun retint son souffle. Que dire pour sauver le petit garçon ? Lucien lui, gardait un espoir. Justin n’était pas revenu et le caractère réfléchi du garçon lui laissait espérer qu’il avait pu se cacher ou s’éloigner, sauver au moins sa vie car il n’y avait aucun espoir que l’enfant trouve des secours dans les environs...

 

                                                                                                Mony

Retrouvez l'intégralité de cette histoire dans mon livre : Un site trop paisible.

Cliquez sur la couverture pour en savoir un peu plus.

Écrire commentaire

Commentaires : 2
  • #1

    Chris (jeudi, 12 novembre 2009 15:24)

    Un livre très agréable à lire et sans ennui. Une histoire prenante et un drôle de petit bonhomme qui a bien du cran. Un style peu commun, une écriture fluide, une histoire qui se lit vite grâce un bon rythme de la plume. J'ai vraiment aimé.
    A lire.
    Chris.

  • #2

    monyclaire (samedi, 12 décembre 2009 18:37)

    Maryse (samedi, 12 décembre 2009 13:47)

    "UN SITE TROP PAISIBLE"

    UNE BOUFFÉE D'OXYGÈNE que ce petit livre !!!
    Dans ce décor bucolique en pleine montagne, le petit Justin (re) découvre LA VIE : les vrais sentiments, l'amour, l'amitié, la joie ... Il se sent GRAND ! Un petit bonhomme bien attendrissant ma foi et bien courageux. Un petit héros !!!

    Cette histoire se lit d'une traite. La petite enquête, "incrustée" dans ce décor, très bien menée, aucune longueur.
    Un petit livre tout frais, écrit avec des mots simples, où l'on reçoit l'Amour en plein cœur !!

    BRAVO Mony pour ce bain de jouvence, cette fraîcheur que vous avez su faire éclabousser sur le visage du lecteur !!!!

Et voici une autre belle histoire

Acheter L\'enfant aux étranges pouvoirs