102.670, TALION de Brigitte Guibau

Voilà un livre qui m'a vraiment nargué longtemps avant que je puisse le découvrir...

Chose extrêmement rare, j'ai eu quelques soucis avec la commande et il n'est arrivé que presque trois mois plus tard dans ma boite aux lettres... L'auteur étant de Namur, il a dû traverser la France à pied... Sourire.

Posé bien en vue sur mon étagère, il a continué à me narguer... Les yeux de ce loup m'invitaient pourtant à m'en saisir, car ils m'intrigaient. Comme m'intrigait également le titre. Talion, OK, mais pourquoi ce 102670 ? Je mettrais déjà ici un premier bon point à l'auteur, celui de savoir attribuer à ses récits un titre qui reste complètement hermétique au lecteur avant d'avoir lu le roman. En tous les cas, pour moi c'est le cas.

Bien que traitant d'un sujet difficile, un chemin vers la mort, ce livre nous parle d'amour, les émotions de chacun sont décrites avec sensibilité, humour. Cet homme est tellement plein de vie qu'il force l'admiration.

Ils ont quelques mois à passer ensemble, à se découvrir, l'un et l'autre, lui, l'homme qui met en place la fin de sa vie, et elle, la jeune femme qui doit mettre de l'ordre dans la sienne. Au gré de leurs conversations, ils vont aborder différents sujets, autant de thèmes, de pistes de reflexion pour les lecteurs.

On n'ouvre pas un livre de Brigitte Guilbau pour le lire entre deux portes, à la va vite. Non, il faut le déguster, prendre du temps pour soi, pour lui. Savoir que la lecture n'est en soi qu'un support, une invite à la reflexion, une porte grande ouverte vers d'innombrables questions. Celui-là comme les autres, plus que les autres, peut être. Parce que le principal sujet abordé n'est pas anodin. Qu'aurions-nous fait, qu'aurais-je fait, moi, placée devant les mêmes confessions ? Dans cette histoire, par exemple, qui est le véritable "méchant" ?

L'auteur ne répond pas à ce genre de questions, c'est au lecteur de tenter de le faire. A chacun de se trouver des réponses cohérentes, en rapport à son vécu, ses idées... Libre aussi au lecteur de répondre " Je ne sais pas".... Car sait-on jamais avant d'être soi-même concerné, confronté à une situation identique ? Moi, je sais que je ne sais pas....

 

Pour se procurer ce livre 

 

Le site de l'auteur 

Autre roman du même auteur

Le cri du Yéti

L'aiguillage de la Tangente

Mémoires d'écume

 

 

 

Commentaires : 0