On n'est pas un héros quand on meurt à 20 ans - de Claude Cotard

Mots de l'auteur :

On n’est pas un héros, quand on meurt à 20 ans ! 

(Biographie historique).

Souvent dans mon enfance, j'ai entendu parler, de façons lointaines, d'un oncle, frère de mon père, qui est disparu en Indochine.

Il y a quelques temps, je me suis penché sur cet oncle, Maurice François Cotard.

Je suis partis à sa recherche, non pas sur le terrain, mais à travers les témoignages des anciens d'indochine. A travers les méandres de l'administration, principalement militaire.

On oublie trop souvent que la guerre d’Indochine n’a pas commencé dans les années 50/60, mais bien avant !

Ce livre est le résultat de mes recherches. C'est un long voyage à travers le temps. Étrangement, je me suis sou-vent senti habité, tout au moins accompagné par mon oncle, tout au long de mes recherches, de mes écrits, comme s’il voulait me crier « Ne m’oubliez pas ! Ne nous oubliez pas ! On est morts pour vous ! Pour l’honneur de la France !».

 

Mon ressenti :

 Un document sur une partie de notre histoire pas si connue que cela, la guerre d'Indochine..

Peut on dire que l'on a aimé ce livre ou pas ? Là ne se situe pas l'important. L'important se trouve dans la réalité historique, le côté document. L'auteur a fait un formidable travail de recherches pour resituer la période où cet oncle, Maurice, est né, 1928, et a vécu sa trop courte vie. Il s'est engagé à 17 ans, pour mourir à 20 ans... Parallèlement, l'auteur nous remet l'historique de cette guerre d'Indochine que personnellement je ne connaissais pas vraiment.

Première partie où l'auteur décrit l'enfance de cet oncle, toujours entre réalité historique, l'Histoire qui s'entremêle avec toutes les petites histoires de ces vies ordinaires. Puis c'est l'engagement, Maurice a 17 ans.

Pour Maurice, l'Indochine c'est loin, cela a un petit goût d'aventure. « Ces jeunes avaient foi en la patrie. Ils ont voulu en défendre l'honneur, du moins c'est pour ça qu'ils sont partis ». Tous ces jeunes seront bien vite rattrapés par l'horreur de la guerre. Le récit continue sous cette même forme, les faits historiques et la « petite histoire », celle de Maurice. Jusqu'aux explications sur sa disparition, un jour de juillet 1948...

Que ce récit permette qu'on ne les oublie pas, lui et ses trop nombreux camarades... Respect pour chacun de ces Hommes.

Maintenant je justifie ma seconde phrase. Je n'ai jamais aimé l'histoire de France comme si, toute petite déjà, je refusais qu'on m'impose une seule version des faits, celle de nos livres d'histoire. Maintenant, de temps à autre, j'aime compléter mes fortes lacunes dans ce domaine, en lisant ce que je nomme plutôt des documents. Je n'aime pas mais je m'informe. Bien construit, bien documenté, ce récit a sa place parmi nos livres d'Histoire.

Commentaires: 0

mar.

12

nov.

2019

La roulotte des falaises - 76

Lire la suite 2 commentaires

jeu.

31

oct.

2019

Rosalie Lamorlière de Ludovic Miserole

Rosalie Lamorlière,

 

Celle qui accompagna Marie-Antoinette à l'échafaud

 

 

Pour en avoir lu quelques commentaires élogieux, j'ai souvent regardé ce récit sans pour autant en passer par la case achat. Pourquoi ? Parce que je ne suis pas passionnée par les récits historiques. Je délaisse l'Histoire au profit des petites histoires qui gravitent autour. Et ce livre, dans sa présentation avait une connotation forte de " historique"... Jusqu'à ce que je lise ce commentaire d'un lecteur déçu "parce qu'on y parlait trop peu de Marie-Antoinette"... Tiens, tiens... J'ai donc franchi le pas, celui qui allait me mener vers deux belles soirées de lecture.

Parce qu'effectivement on y parle peu de Marie-Antoinette, on parle d'ailleurs très peu également des moments que Rosalie va passer avec la Reine. Parce qu'une vie ne peut pas se résumer à quelques semaines, aussi intenses soient-elles.

Ce récit se situe dans les dernières années de Rosalie, l'évocation de sa vie personnelle, j'ai aimé le temps qu'elle prend pour distiller ses souvenirs, comme si elle ne voulait pas arriver trop vite à ce qu'elle racontera une énième fois, ce pourquoi on est toujours venu la voir, lors des années écoulées. Sa nouvelle interlocutrice qui deviendra une amie s'intéresse à elle, à sa vie, vraiment. 

L'écriture est agréable, on plonge avec délice dans cette période de l'histoire, on suit l'auteur avec bonheur. Un auteur qui a fait un très grand travail de recherches pour s'approcher au plus près de l'Histoire mais ce sont par les notes de bas de page qu'on est plongé dans cette réalité historique. Le reste est romancé, au plus près de la réalité donc, mais romancé et joliment bien.. 

Quelques jolies phrases relevées : 

« les rêves n’ont de valeur que si l’on se donne du mal pour les accomplir »

« Ce n’est pas parce que votre cœur vous fait souffrir qu’il faut lui ordonner de ne plus battre »

J'ai aimé cette Rosalie, et tous les personnages qui ont gravité autour de cette histoire comme Hélène, celle qui part à la rencontre de Rosalie, elle est vraiment attachante. 

Bref, un très bon moment de lecture...

 

 Présentation de l'éditeur

 

Un destin ! Celui d'une petite provinciale, fille de cordonnier, qui va croiser celui de la reine Marie-Antoinette au détour des couloirs sombres et malodorants de la Conciergerie.Une fille du peuple qui rencontrera et assistera les puissants d'hier et les parvenus d'une France qui se cherche. Tous, ou presque, mourront. Elle, la survivante, apportera son témoignage bien plus tard. Relation inestimable pour bon nombre d'historiens qui, pourtant, n'ont jamais essayé de connaître Rosalie Lamorlière. Ce livre, bien que romancé, est la première étude jamais réalisée sur ce personnage clé, témoin privilégié de l'Histoire. Après des années passées dans les Archives, Ludovic Miserole, passionné d'Histoire, vous propose de partir à la rencontre de celle qui fut et restera à jamais la dernière servante de Marie-Antoinette.

0 commentaires

dim.

27

oct.

2019

Les tribulations d'un homme brisé

Les tribulations d'un homme brisé

 

de Loïc Parent

 

Les mots de l'auteur...

 

Il y a des chemins de vie semés d’obstacles et de routes sinueuses. Certains sont plus beaux, plus simples ou beaucoup plus heureux. D’autres sont faits d’échecs ou sont interminables et ennuyeux. Parfois, ils sont semblables, singuliers, contraires et merveilleux. Beaucoup s’arrêtent trop vite, restent inachevés et douloureux.

Le mien est une histoire où je suis mon propre spectateur et acteur. Elle pourrait se terminer par une happy end, mais ce serait tout dévoiler. Reprenez-la du début, c’est ma confession, authentique et sans filtre. Je l’ai écrite avec mon cœur, je ne suis pas écrivain, ni même conteur, Mais certainement grand rêveur.

 

Mon ressenti... 

 

Un livre que j'ai lu en un après-midi. 

L'histoire d'une vie... Une vie qui démarre dans un milieu où certains mots gardent toutes leurs valeurs : travail, courage, respect des anciens, famille, entraide. Tout au long de ce récit, on retrouvera ce sentiment d’appartenance à une communauté : la famille. Loïc ne cesse de remercier, de dire et redire combien, tous, ils ont été et sont présents autour de lui. 

L'auteur ne cherche pas à se dépeindre ni comme un héros, ni comme un être parfait. Il analyse presque froidement son comportement, sa façon d'avancer dans sa vie. 

Même avant son accident, il traversera des coups durs. Malgré tout, il avance, il construit sa vie... Et puis... un matin comme un autre, il a rendez-vous avec l'impensable. 

Il faut moins d'une seconde pour mettre à terre un homme, ses projets, ses rêves...

A partir de là, on est suspendu à ses mots. Loïc raconte. On imagine, on se doute mais peut-on réellement prendre toute la mesure de ce qu'il vit ? Je ne le pense pas. Un récit difficile. L'auteur semble ne rien nous épargner et pourtant, je devine qu'il n'a fait qu'effleurer le récit de ses souffrances. Un récit émouvant mais aussi empli d'amour. Envers les siens. Un récit vrai.

A la fin de ce récit, que je ne détaillerai pas pour ne rien dévoiler ( comme l'explique son auteur), je suis partagée entre colère et impuissance. L'acceptation de son handicap est déjà une épreuve phénoménale, pourquoi devoir y ajouter toutes ces secondes peines que sont les énormes tracasseries administratives, la course à la reconnaissance de son handicap, les besoins financiers énormes qui ne sont pas pris en charge ?

La France n'est pas non plus très bonne élève dans la prise en charge du quotidien de la personne avec handicap. 

Quelques coups de gueules que l'on ne peut que comprendre et qui nous démontrent que, parfois, nos maux sont à relativiser.

Les textes, mis à la fin, nous montrent que Loïc a, aussi, un talent pour écrire, pour exprimer ses maux par des mots... 

 

J'ai l'habitude de remercier l'auteur, à la fin de ma lecture. Ici, je le remercie bien sûr pour le partage, pour son témoignage. Vous qui me lisez, partez à sa rencontre, achetez son livre, une toute toute petite façon de l'aider, un peu... 

A lire... absolument

2 commentaires

ven.

25

oct.

2019

La roulotte des falaises, 76

Lire la suite 0 commentaires

mar.

22

oct.

2019

Un mariage au château Gue Chapelle, à Nousilly 37

Lire la suite 2 commentaires