On n'est pas un héros quand on meurt à 20 ans - de Claude Cotard

Mots de l'auteur :

On n’est pas un héros, quand on meurt à 20 ans ! 

(Biographie historique).

Souvent dans mon enfance, j'ai entendu parler, de façons lointaines, d'un oncle, frère de mon père, qui est disparu en Indochine.

Il y a quelques temps, je me suis penché sur cet oncle, Maurice François Cotard.

Je suis partis à sa recherche, non pas sur le terrain, mais à travers les témoignages des anciens d'indochine. A travers les méandres de l'administration, principalement militaire.

On oublie trop souvent que la guerre d’Indochine n’a pas commencé dans les années 50/60, mais bien avant !

Ce livre est le résultat de mes recherches. C'est un long voyage à travers le temps. Étrangement, je me suis sou-vent senti habité, tout au moins accompagné par mon oncle, tout au long de mes recherches, de mes écrits, comme s’il voulait me crier « Ne m’oubliez pas ! Ne nous oubliez pas ! On est morts pour vous ! Pour l’honneur de la France !».

 

Mon ressenti :

 Un document sur une partie de notre histoire pas si connue que cela, la guerre d'Indochine..

Peut on dire que l'on a aimé ce livre ou pas ? Là ne se situe pas l'important. L'important se trouve dans la réalité historique, le côté document. L'auteur a fait un formidable travail de recherches pour resituer la période où cet oncle, Maurice, est né, 1928, et a vécu sa trop courte vie. Il s'est engagé à 17 ans, pour mourir à 20 ans... Parallèlement, l'auteur nous remet l'historique de cette guerre d'Indochine que personnellement je ne connaissais pas vraiment.

Première partie où l'auteur décrit l'enfance de cet oncle, toujours entre réalité historique, l'Histoire qui s'entremêle avec toutes les petites histoires de ces vies ordinaires. Puis c'est l'engagement, Maurice a 17 ans.

Pour Maurice, l'Indochine c'est loin, cela a un petit goût d'aventure. « Ces jeunes avaient foi en la patrie. Ils ont voulu en défendre l'honneur, du moins c'est pour ça qu'ils sont partis ». Tous ces jeunes seront bien vite rattrapés par l'horreur de la guerre. Le récit continue sous cette même forme, les faits historiques et la « petite histoire », celle de Maurice. Jusqu'aux explications sur sa disparition, un jour de juillet 1948...

Que ce récit permette qu'on ne les oublie pas, lui et ses trop nombreux camarades... Respect pour chacun de ces Hommes.

Maintenant je justifie ma seconde phrase. Je n'ai jamais aimé l'histoire de France comme si, toute petite déjà, je refusais qu'on m'impose une seule version des faits, celle de nos livres d'histoire. Maintenant, de temps à autre, j'aime compléter mes fortes lacunes dans ce domaine, en lisant ce que je nomme plutôt des documents. Je n'aime pas mais je m'informe. Bien construit, bien documenté, ce récit a sa place parmi nos livres d'Histoire.

Commentaires: 0

jeu.

17

janv.

2019

Jörg Oeuil de Brigitte Guilbau

JÖRG OEUIL

 

de Brigitte Guilbau

 

 

Un récit que j'ai lu très vite, trop vite. Alors, dès la dernière page tournée, j'ai écrit cela, à chaud :

« J’arrive à la fin d’un livre magnifique.. Un extrait, vers la fin : « Je ne veux pas être pardonné. Je veux vivre avec mes remords. Le pardon, c’est trop facile parce que cela efface l’ardoise. C’est un truc pour récidiver. » Comme toujours avec les écrits de Brigitte Guilbau, avec la fin de la lecture arrivent les questions, celles où il est parfois si difficile de répondre ... 

Je ne vais pas faire de suite mon commentaire de lecture, j’attends un peu... après la dégustation, vient le moment de la digestion... Mais, en attendant, mon ressenti, celui qui m’est évident, celui pour lequel je ne me pose pas de question :  Un livre d’amour... aimez vous maintenant... soyez vrai... videz vos poches, vos souvenirs, mettez à jour les vieilles histoires de famille enfouies, les secrets trop bien gardés... vivez pour vous...

Merci Brigitte pour ce beau texte »

Puis, tranquillement, j'ai relu, j'ai pris mon temps. Et j'ai compris que l'essentiel je l'avais déjà deviné, qu'il germait en moi.

La photo de couverture est sombre, presque flippante.

Peu de mots mais chacun trouve son chemin en nous. L'auteur met en scène un duo assez improbable... Des discussions, des questions...Un cheminement où chacun se retournera sur sa vie, entraînant avec lui le lecteur...

Le lecteur fait une pause, s'interroge, se regarde vivre. Et chacun sans doute se pose cette question : est-ce ainsi que j'ai envie de vivre ma vie ? Si la réponse est non, comment puis-je aller mieux, vivre mieux ?

Ce récit diffuse de la sérénité. Ou du moins, c'est ce que j'ai ressenti, moi... Ces mots m'ont parlé d'amour. D'amour possible dans ce monde. Dans ce monde, pas dans un prochain, celui qui POURRAIT exister. Pourquoi attendre, pourquoi ? Le ici et le maintenant me semble évident.... Je suis déjà en Chemin... Merci Brigitte de nous rappeler que nous sommes les acteurs de notre VIE...

0 commentaires

ven.

28

déc.

2018

Musée du Compagnonnage de Tours, 37

Lire la suite 2 commentaires

sam.

22

déc.

2018

Ma dernière lecture... Le bourdon de HTB

Le bourdon de HTB

 

 

J'ai acheté «  Le bourdon », lors d'un marché de Noël, à La Bazouges du Désert, en décembre. Voir mon article

Mon propre stand installé non loin du sien, j'ai pu toute la journée entendre cet auteur proposé avec le sourire «  Un petit crime à emporter ».

Curieuse de nature, je décidai de passer à l'acte et de rentrer chez moi avec un petit crime dans mon sac. Ne sachant lequel choisir parmi les quatre, l'auteur me proposa fort logiquement de commencer par... le premier. Me voici donc repartie avec un bourdon dans mon sac.

Le temps de finir le roman en cours et me voici partie pour Saint Malo où se situera le crime.

Un roman de presque 300 pages qui se lit l'espace de deux soirées, voilà un premier gage de qualité et d’intérêt. Une histoire bien ficelée. Un capitaine dont l'apparence calme, tranquille n'est... qu'apparence. Eric, son suspect s'en apercevra à ses dépends. Il ne faut pas agacer l'homme. Il ne lâche rien.

Pourtant ce qui était évidence au départ se révélera troublant au fil des pages... Et notre Capitaine fera preuve d'une grande habileté pour déjouer cet imbroglio sordide.

J'ai bien aimé cette sorte d'enquête psychologique où le comportement humain est bien fouillé, décortiqué, compris. Le tout saupoudré d'une note d'humour, ce qui ne gâche rien.

 

 

Extrait trouvé sur la page de l'auteur :

 

Immédiatement après, tout s’éteignit : comme lorsque survient une coupure durant une émission télévisée. Il n’avait plus devant les yeux qu’un écran désespérément noir.

Au bout de quelques instants, une voix off, mécanique et sans âme, ânonna une simple phrase :

— J’ai tué Chloé... J’ai tué Chloé...

Puis revint une image, une image fixe, tel un interlude : celle d’un gros bocal de verre, dans lequel gisait, totalement inerte, un énorme bourdon...

— J’ai tué Chloé... répéta la voix sans vie.

 

 

Biographie de l'auteur ( trouvé sur la page de l'auteur)

 

 

Fasciné depuis toujours par Jack l'éventreur, Landru, Marie Besnard,ou tout autre adepte de l'abattage industriel, HTB se destinait à devenir serial killer depuis sa plus tendre enfance.

Cependant, arrivé en âge de sagesse, prenant alors conscience de l'inconfort engendré par la surpopulation carcérale, il change rapidement son fusil d'épaule.

C'est donc armé d'une plume as- sassine qu'il se décide finalement à commettre ses meurtres.

Il signe dès lors ses crimes avec le sourire, au travers de polars où le suspense accorde une large place à l'humour.

 

 

Et pour terminer j'ajouterais un extrait des avertissements trouvés sur le site de l'auteur... 

 

"Sachez cependant demeurer prudent !

N'oubliez surtout pas qu'il existe certaines bactéries perfides qui n'hésitent pas à se dissimuler entre les pages des livres, provoquant de ce fait, lorsque ces ouvrages passent de main en main, moult pandémies plus sévères les unes que les autres.

Il est donc fortement conseillé :

D'offrir un livre neuf, dédicacé au nom de chacun de vos amis, plutôt que de prêter les vôtres.

( Bon ! Je vous l'accorde, cette théorie n'a toujours pas été validée par l'Académie des Sciences. Mais il est par contre une loi mathématique implacable, qui tend à démontrer que chaque livre prêté est autant de bière qui s'évapore du verre de son auteur... Santé !!! )"

0 commentaires

mar.

11

déc.

2018

Marché de Noël à La Bazouge du Désert

 

Ce dimanche 9 décembre avait lieu le marché de Noël

à la Bazouge-du-Désert

Merci aux organisateurs et merci à l'ensemble des bénévoles. Nous avons passé une belle journée et partagé de beaux moments de convivialité.

Lire la suite 7 commentaires

mar.

09

oct.

2018

Adrien, un grand-père bagnard

 

 

Pourquoi tenions-nous autant à assister à la conférence de Denis Seznec, ce 5 octobre 2018, à Pontivy ?

Sans savoir réellement ce que nous allions y chercher, voire y trouver, nous espérions surtout, JC et moi même, nous rapprocher d'un homme qui a consacré toute sa vie aux recherches concernant son grand-père, Guillaume Seznec, condamné à 20 ans de bagne.

 

 

 

 

Notre histoire familiale, depuis très peu, nous nous trouvons confrontés à ce même élément : un grand-père au bagne...

Lire la suite 3 commentaires