On n'est pas un héros quand on meurt à 20 ans - de Claude Cotard

Mots de l'auteur :

On n’est pas un héros, quand on meurt à 20 ans ! 

(Biographie historique).

Souvent dans mon enfance, j'ai entendu parler, de façons lointaines, d'un oncle, frère de mon père, qui est disparu en Indochine.

Il y a quelques temps, je me suis penché sur cet oncle, Maurice François Cotard.

Je suis partis à sa recherche, non pas sur le terrain, mais à travers les témoignages des anciens d'indochine. A travers les méandres de l'administration, principalement militaire.

On oublie trop souvent que la guerre d’Indochine n’a pas commencé dans les années 50/60, mais bien avant !

Ce livre est le résultat de mes recherches. C'est un long voyage à travers le temps. Étrangement, je me suis sou-vent senti habité, tout au moins accompagné par mon oncle, tout au long de mes recherches, de mes écrits, comme s’il voulait me crier « Ne m’oubliez pas ! Ne nous oubliez pas ! On est morts pour vous ! Pour l’honneur de la France !».

 

Mon ressenti :

 Un document sur une partie de notre histoire pas si connue que cela, la guerre d'Indochine..

Peut on dire que l'on a aimé ce livre ou pas ? Là ne se situe pas l'important. L'important se trouve dans la réalité historique, le côté document. L'auteur a fait un formidable travail de recherches pour resituer la période où cet oncle, Maurice, est né, 1928, et a vécu sa trop courte vie. Il s'est engagé à 17 ans, pour mourir à 20 ans... Parallèlement, l'auteur nous remet l'historique de cette guerre d'Indochine que personnellement je ne connaissais pas vraiment.

Première partie où l'auteur décrit l'enfance de cet oncle, toujours entre réalité historique, l'Histoire qui s'entremêle avec toutes les petites histoires de ces vies ordinaires. Puis c'est l'engagement, Maurice a 17 ans.

Pour Maurice, l'Indochine c'est loin, cela a un petit goût d'aventure. « Ces jeunes avaient foi en la patrie. Ils ont voulu en défendre l'honneur, du moins c'est pour ça qu'ils sont partis ». Tous ces jeunes seront bien vite rattrapés par l'horreur de la guerre. Le récit continue sous cette même forme, les faits historiques et la « petite histoire », celle de Maurice. Jusqu'aux explications sur sa disparition, un jour de juillet 1948...

Que ce récit permette qu'on ne les oublie pas, lui et ses trop nombreux camarades... Respect pour chacun de ces Hommes.

Maintenant je justifie ma seconde phrase. Je n'ai jamais aimé l'histoire de France comme si, toute petite déjà, je refusais qu'on m'impose une seule version des faits, celle de nos livres d'histoire. Maintenant, de temps à autre, j'aime compléter mes fortes lacunes dans ce domaine, en lisant ce que je nomme plutôt des documents. Je n'aime pas mais je m'informe. Bien construit, bien documenté, ce récit a sa place parmi nos livres d'Histoire.

Commentaires: 0

sam.

31

août

2019

Hospitaliers à Saint Sauvant ( 86)

Lire la suite 2 commentaires

jeu.

01

août

2019

L'exilé de Maamar REKAIBA

L'exilé de Maamar Rekaiba

 

Mon avis

 

L’exilé 

Le livre d’un Sage. 

Une belle écriture, un vocabulaire riche, mais pas seulement. Un vrai talent pour, par de simples mots, exprimer toute une palette d’émotions.

L’auteur sait comment captiver son lecteur, comment capter son attention. On ouvre son livre et on ne le lâche plus.  

Je ne suis pas fan des romans historiques et la politique m’exaspère... pour autant ce roman que j’ai tant apprécié y puise sa source. Une certaine façon de présenter les choses. La Sagesse que j’y ai trouvée m’a comblée. 

Comme tous les romans de cet auteur, j'ai aimé y découvrir les coutumes, les rites du Maghreb.

Merbouh, le personnage principal, nous entraîne avec lui. L’histoire d’une quête, un très long chemin pour retourner à la source de son Moi. La mission de Merbouh, celle qu'il se découvre, est chargée d'espoir, mais combien difficile à réaliser.

Un livre qui parle de paix possible dans un monde de violence. Est-ce encore plausible ? Comment ? Comment rassembler ? Et était-ce envisageable de le faire sans violence ? Une mission impossible ?

Une fin tristement prévisible, pour l'Humanité. Merbouh, lui, a largement gagné son paradis.

A lire, bien sûr... 

 

Les mots de l'éditeur...

 

Khmissi trouve un bébé devant le mausolée de son petit village de l’Ouarsenis et trois hurlements de chacal retentissent à l’aube quand il le soulève. Il adopte le nourrisson qui porte l’inscription « Lilah » sur son épaule droite, et qu’il nomme Merbouh pour conjurer son propre sort. En grandissant, Merbouh emploie ses dons de guérisseur et de devin pour soulager la souffrance des pauvres. A 19 ans, il décide de suivre les traces de ses aïeux et traverse pieds nus plusieurs villes et villages du Maghreb. Durant son périple, il prend conscience grâce à des voix célestes qui le guidaient, qu’il est le descendant de Djaffar, un fidèle lieutenant d’Abdallah, premier calife fatimide à avoir conquis le Maghreb avec l’alliance des Kutamas berbères, pour y encourager l’étude des sciences et des arts. Arrivé au Yémen, dans le Hadramout, il décide de rassembler tous les musulmans sous une bannière unique mais se heurte à l’idéologie wahabite qui lui résiste par les armes pour conserver son hégémonie sur l’Islam,

 

 

Mes avis sur d'autres romans du même auteur :

Au coeur de la rouille

Le nénuphar :

La violence de l'espoir

0 commentaires

jeu.

25

juil.

2019

Ecriture en cours... Adrien, mon grand-père bagnard

Adrien, mon grand-père bagnard

 

Ecriture en cours...

Un recueil où nous réunirons toutes les informations recueillies...

Un devoir de mémoire, pour qu'Adrien retrouve sa juste place au sein de la famille des Sauvanet

 

Extrait :

Le tout début de cette histoire : " Ou l'histoire d'un grand-père dont la mémoire familiale avait perdu toute trace. Alors comment en est-on arrivé à effectuer des recherches et à le retrouver ? 

L'effet Domino, vous connaissez ? 

Un peu d'histoire, remontons le temps. Monique, qui n'est pas encore madame Sauvanet mais mademoiselle Lair, quitte en janvier 1971 son Anjou natal pour aller travailler en Haute Savoie. Elle devient jardinière pour jeunes enfants de 3 à 6 ans dans un aérium, le Lou P'Tiou. Elle s'occupera là-bas de centaines d'enfants. Elle y travaillera jusqu'en août 1973.

Vers les années 2015/2016 l'idée lui vient de lancer quelques recherches. Elle aimerait bien retrouver quelques bambins dont elle s'est occupés dans ces années lointaines. Elle écrit un article sur son site. Elle demande à ses contacts Facebook de le partager, encore et encore. 

D'un autre côté, Fabrice qui a été un petit pensionnaire de ce Lou P'Tiou aimerait bien retrouver SA Monique... Et le miracle a lieu, ces deux-là se retrouvent. Et ce n'est pas si étonnant quand on sait que Fabrice est atteint d'un virus, celui de l'amour des recherches, où il se révèle très efficace. Un jour, donc, il propose ses services pour effectuer des recherches généalogiques concernant la famille Lair. Ceci étant fait, Monique décide de lui faire faire ces mêmes recherches concernant la famille Sauvanet. Elle prévient Fabrice que c'est un vrai défi puisque, dès le grand-père de JC, c'est le vide absolu, le silence complet. Fabrice accepte le défi.

On apprend assez vite que ce grand-père se prénomme Adrien. Le premier pas est fait. Ensuite, tout s’enchaîne assez vite.... 

 

Journal l'Action Française, 29 juillet 1926

 

"L'accusation relève contre Sauvanet un faisceau de présomptions impressionnantes mais aucune preuves formelles"

Ce que j’écris le 2 septembre 2018 : Retour sur la journée d’hier... Le pouvoir des mots, je connais. Ou plutôt je croyais connaître. Hier donc, j’ai lu pas mal de coupures de journaux des années 1925, 1926, des articles retraçant l’affaire. J’ai été choquée, j’y ai repensé tranquillement cette nuit. Non, les mots, les expressions n’avaient rien d’exceptionnel, ce sont ceux utilisés couramment à chaque affaire. Mais je les ai lus avec un œil différent. Bien que soit écrite l’expression présumé coupable, il était évident par la présentation des faits que la presse l’avait déjà jugé. Ce nom... C’est cela qui m’a le plus perturbée, pourtant, encore une fois, c’est la procédure courante, me semble-t-il. Dès qu’on se retrouve du mauvais côté, je veux dire du côté des accusés, on perd son statut de Monsieur. On devient X, Y, mais plus jamais Monsieur X, Monsieur Y. Avant tout jugement, on essaie d’ôter l’essentiel, son moi, sa personnalité. Il faut être fort pour rester debout. Au vu des comptes rendus, je crois qu’il l’était. Je suis contente d’avoir servie d’intermédiaire, d’avoir lu avant JC, pour présenter chaque document. Ce nom. On ne parlait pas d’un ancêtre lointain, non. On parlait du grand père de JC et de son père, petit bout de deux ans, très certainement sur les lieux , au moment de l’affaire. Cet homme, ce Sauvanet avait aussi un prénom, Adrien. Il a donc été jugé, condamné, le bagne à perpétuité. Il y est décédé. Pendant son procès, il a toujours clamé son innocence. Personne ne le rejugera, surtout pas sa descendance. Adrien nous était inconnu jusqu’ici, plongé dans un silence épais, un secret de famille. Ce nom Sauvanet. JC, hier soir, redisait qu’il était fier de le porter. Journée perturbée et perturbante pour nous. Et, oui, Merci à toi Fabrice, merci de nous avoir perturbés. Ces informations comblent un vide sidéral.

 

A suivre...

0 commentaires

mar.

23

juil.

2019

Recueil : De Sète à Royan par le canal des Deux Mers

Lire la suite 2 commentaires

jeu.

18

juil.

2019

Tiamara - auteur - peintre

Lire la suite 1 commentaires