Lettres d'un Poilu de Véronique Audelon

 

Il s'appelait Victor et c'était le grand oncle de véronique Audelon. Il avait vingt ans lorsqu'il fut appelé sous les drapeaux. Véronique a réuni toutes les lettres échangées alors, jusqu'à son silence...

C'est avec un profond respect que j'ai lu ce témoignage. Respect pour cet homme, pour tous ces hommes dont il est dit qu'ils sont" morts pour la France"...Ma colère était là, aussi. Si seulement l'histoire en avait tiré une leçon, si seulement cette guère atroce avait réellement été la " der des der", si seulement leurs morts n'avaient pas été inutiles.

Dans ces lettres, le récit d'un quotidien devenu banalité, des mots légers qui se veulent rassurants, allégés par la censure. Et c'est justement tous ces non dits, ces silences que l'on devine qui sont terrifiants.

C'étaient des hommes, des frères, des maris, des fils, des fiancés. Ils ne sont pas revenus.

Merci à Véronique pour nous avoir permis de partager ce témoignage.

Pour vous procurer ce livre ou en lire des extraits.

 

 

 

 

Résumé :

Henri est appelé sous les drapeaux en 1918, l'année de son vingtième anniversaire et part pour le 123è Régiment d'Infanterie de La Rochelle.
Il va commencer à correspondre avec sa famile, racontant son quotidien de soldat, demandant des nouvelles des parents et amis restés dans sa belle région qu'il aime tant.

Porté disparu à la bataille de Soissons, prisonnier dans un camp en Allemagne, il ne reverra jamais les siens, ni sa fiancée.

Quelques mois de la vie d'un jeune soldat de vingt ans, mon grand-oncle Victor (dit Henri) TAVERNIER.

Commentaires : 0