Livre d'or

En vous remerciant à l'avance, J'attends votre avis... Quels intérêts avez-vous trouvé à cette visite ?

Vers quelles pages êtes-vous allés ?

Merci à vous tous et à bientôt

Mony

Commentaires : 68
  • #68

    alvino (mardi, 18 avril 2017 06:12)

    je suis en train de lire votre dernier bouquin le crime est dans le près il est formidableje l'adore merci beaucoup

  • #67

    Mony (samedi, 12 novembre 2016 10:58)

    Merci de ton passage par ici Maryse... Cela m'a donné l'occasion de relire vos gentils commentaires... Sourires... La plupart du temps, ce sont des messages reçus par mail que je retranscris ici, pour les réunir...
    Merci à tous...
    Ce blog reçoit environ 2000 visiteurs chaque mois et je sais qu'il y a quelques fidèles, encore merci à vous...

  • #66

    maryse (samedi, 12 novembre 2016 10:50)

    Hello Mony !!
    Aujourd'hui ayant envie de "voyager" je savais qu'en venant chez toi, j'y trouverai de superbes images ! Quand la tête est vide de beauté ici j'y trouve de quoi la remplir et je te félicite pour tout ce travail. Ton site est vraiment complet et varié. Tout le monde doit y trouver ce qu'il recherche, j' en suis sûre !
    Merci Mony pour ce que tu offres aux gens...A bientôt. Bisous et bonne continuation !

  • #65

    Mony (mercredi, 28 septembre 2016 15:52)

    Merci à Dominique pour son avis reçu ce jour
    PAS À PAS – DE STRASBOURG À RONCEVAUX
    De : Monyclaire
    Comment ne pas éprouver de l’admiration pour ce couple sympathique de Pèlerins prêts à déplacer des montagnes pour arriver à leur but final. Ce journal de bord relate toutes les difficultés rencontrées sur le terrain par nos deux marcheurs malgré une préparation minutieuse de cette pérégrination au long cours.
    Joie, bonheur, souffrance sont le lot des sentiments ressentis lors de chaque étape qui nous entraîne à la découverte d’une France magnifique. Relier Strasbourg à Roncevaux par la marche n’est pas promenade anodine et reste une aventure héroïque.
    Nos deux pèlerins Monique et JC seront encouragés tout au long du parcours par des gens généreux qui leur donneront la force de redémarrer chaque lendemain. Lors de ce périple, ils seront protégés et guidés spirituellement par une âme bienveillante, c’est certain.
    Abnégation, gentillesse, attention, représentent quelques mots pour définir Monique et JC. Les rencontrer est source de richesse morale et intellectuelle.
    Félicitations Monique, et à bientôt…
    Le 28 septembre 2016
    D.CHEVALIER

  • #64

    monyclaire (vendredi, 27 février 2015 20:22)

    A propos de " En attendant les coquelicots"
    Commentaires reçus ce jour :
    Laurelle : " J'aime beaucoup les coquelicots, c'est une fleur fragile comme la vie.
    Je me suis retrouvée dans ce livre, il faudrait que les gens qui ne sont pas malade le lisent, cela éviterait de faire des gaffes, face aux personnes malades. J'ai été confrontée aux maladresses, à l'égoïsme et à l'hypocrisie. Je passe au dessus de ça."
    Madeleine : " La vie est un grand livre, on tourne une page chaque jour, avec des jours soleil et des jours pluie. La vie est une route avec ses croisements, ses côtes et ses pentes. Il suffit de prendre la bonne direction."

  • #63

    monyclaire (samedi, 15 mars 2014 18:30)

    Commentaire de Isabelle Aubert, merci à elle

    "J'ai lu "Sans raison apparente" de Monyclaire.
    Je ne ferai pas de place au suspens : c'est un livre que je recommande chaleureusement !
    Un thriller humain, voilà comment je le définirais. Le lecteur se laisse rapidement et facilement emporté par l'histoire, s'attache aux personnages et frémi pour eux. On a envie d'avancer dans sa lecture pour arriver le plus vite possible au dénouement.
    Sans trahir ce dernier, je trouve que l'auteur a su éviter une fin téléphonée en introduisant des éléments auxquels on ne s'attend pas forcément. Et quand on refaire le livre, c'est avec un petit soupire, presque déçu qu'il n'y en ait pas davantage, car on a envie de rester avec les personnages attachants qu'on a rencontré au fil des pages.
    Je salue tout particulièrement la dimension psychologique que je trouve bien construite, l'auteur en fait juste ce qu'il faut pour caractériser les personnages (surtout le méchant) mais pas trop, pour ne pas verser dans le thriller noir. Bon, ok, mes connaissances en psychologie se résument à Esprits Criminels et aux deux livres de Stéphane Bourgoin que j'ai lu, mais l'ensemble sonnait juste.
    Je ne suis pas une critique littéraire dans l'âme, pour moi d'habitude, c'est j'aime ou j'aime pas, mais je voudrais également apporter ma petite note concernant le style littéraire : ça coule de source. Une écriture qui se laisse lire, comme un voilier poussé par une bonne brise, gracieusement, sans forcer, mais avec de la beauté.
    Un grand bravo, donc, à Monyclaire pour ce beau moment de littérature.

  • #62

    monyclaire (mercredi, 19 février 2014 17:30)

    Merci pour ton passage par ici et ravie que mes pages puissent te plaire
    Amicalement

  • #61

    Christophe K-Geng (mercredi, 19 février 2014 16:49)

    J'ai fait un tour d'horizon. Mon dieu ! Il y a tellement de choses ! C'est vraiment un bon blog, Monique. On apprécie de se balader ici et là. Pour le moment, j'ai lu quelques poèmes, regardé tes écrits et les résumés, les photos de voyages. Je reviendrai prochainement pour y découvrir de nouvelles pépites. à très bientôt. Longue vie à ce site !

  • #60

    monyclaire (mercredi, 20 novembre 2013 16:52)

    Retour de lecture de Christine Casuso à propos de " L'autre pouvoir"

    Christine Casuso

    Monique Sauvanet est une auteure qui ne se cantonne pas qu’à un genre de récit. Elle sait exploiter divers sujets ; du réel à l’imaginaire, du plus grave au plus léger. « L’autre pouvoir » m’a littéralement emballée. Outre le thème traité flirtant avec le surnaturel, le sujet est bien exploité, bien abordé. Des faits qui sont inexplicables ? Finalement, l’on peut se dire que la chose est probable, si on est un tant soit peu ouvert d’esprit.
    Monique, par ses introductions sur chaque personnage, tient le lecteur en haleine, ne dévoilant pas trop vite le but de l’histoire. L’auteure sait mettre aussi l’émotion là où il le faut. Comme d’habitude, son écriture est fluide et les chapitres courts sont très appréciables, donnant du rythme au texte. Le fil du récit est bien maintenu jusqu’au bout. Monique a su exploiter toutes les portes qu’elle a ouvertes, ce qui est en général plutôt rare quand autant sont utilisées.
    « L’autre pouvoir » est un bon roman qui m’a fait oublier les quatre heures de train qui m’amenaient vers d’autres contrées.

  • #59

    monyclaire (dimanche, 13 octobre 2013 20:11)

    A propos de " Pas à pas de Bayonne à Muxia"
    Dernier commentaire de Marie Francoise, merci à elle d'avoir participé à notre action et d'avoir pris le temps de m'en faire un commentaire.
    "voilà Monique, cette fois c'est ton livre qui a voyagé ! 750 kilomètres...en voiture ,ce qui est quand-meme plus facile !!! J'ai suivi ton chemin qui ressemble un peu à la vie, des hauts, des bas, des souffrances et des joies...Et la nature si belle et si différente à chaque etape ! J'ai ressenti ta volonté d'arriver au but que tu te fixais, ton plaisir de marcher et d'être en communion avec ce qui t'entourait...Un retour aux choses simples, à la vie ! Tu écris bien, Monique, et je ne le dis pas pour te faire plaisir.. Ton écriture est sobre et sans ennui ! Juste une petite question....pourquoi Compostelle ??? Pourquoi pèlerins et pas randonneurs ?

  • #58

    monyclaire (samedi, 12 octobre 2013 22:09)

    Un joli commentaire sur un de mes écrits, " Chemins d'ombre et de lumière", sans doute le plus personnel après mon livre témoignage...Merci à toi Vanou Vous Livre Une Touche De Rêve :
    " Pour ce recueil de nouvelles et de poèmes, je ne vais pas détailler chaque élément. L'important c'est l'impression globale, même si comme toujours, certaines histoires se démarquent.
    En toute sincérité, j'ai passé un moment véritablement agréable à la lecture de cet ouvrage. Monyclaire nous livre ici ses écrits en toute simplicité. Ces nouvelles ont été publié parfois dans des revues ou ont participé à des concours. Il est toujours inscrit sous le titre, le thème auquel l'auteur s'est confronté. Ainsi, l'on peut voir quel lien elle fait avec les différents sujets. Je trouve que cet exercice permet de plonger dans l'univers des écrivains d'une manière assez intime.
    Avant même d'évoquer le moindre contenu, il faut mettre à l'honneur la grande qualité de l'écriture de Monyclaire. Elle coule, elle glisse, elle traverse, elle tient en haleine, et pour finir, elle est humaine. L'impression est que l'auteur a écrit d'une traite, comme si chaque mot était une évidence...
    Et là, on en vient au fond. Des récits poignants, des récits intenses qui traitent de l'humain, de ses émotions, de sa perversion aussi notamment dans "Un impossible coupable" qui m'a totalement scotchée. J'étais suspendue au crayon de Monyclaire. Elle sait raconter les histoires et faire d'une tranche de vie, d'un instant même, un récit passionnant. Petite mention à "On ne blesse pas les colombes" qui m'a profondément touchée. Une fillette qui fait une mauvaise rencontre et un père submergé par les émotions que l'auteur nous fait vivre.
    L'enfance, la maladie, les souvenirs, sont des fils conducteurs. J'ai été touché, parfois heurté par les histoires de Monyclaire, ses confidences aussi. Car l'auteur se raconte également et on apprend que l'écriture fut une forme de thérapie pour elle lors d'une période difficile de sa vie. Elle nous invite dans son passé, nous immerge dans son imagination avec pudeur.
    J'ai avalé ce recueil d'une traite et je remercie l'auteur de m'avoir fait découvrir son univers. Je m'y suis sentie à l'aise, repue de sensations et happée dans chaque histoire, chaque souvenir. Ce fut un plaisir et je vous invite à y prendre part de ce pas...

  • #57

    monyclaire (mardi, 20 août 2013 16:35)

    Christiane a écrit : " c'est la 1 ère fois que je me promène ici c'est agréable j'ai lu aussi les poèmes à JC certain sont poignant mais tellement vrai !!!!
    je suis en admiration félicitation à vous deux vous êtes sacrés a mon cœur
    bisous

  • #56

    monyclaire (samedi, 22 juin 2013 11:06)

    Merci Pascale, ton commentaire me touche beaucoup, vraiment...

  • #55

    Pascale (samedi, 22 juin 2013 10:14)

    En attendant les coquelicots, j'ai parcouru avec avidité presque, ce livre témoignage.
    J'ai longtemps tourné autour, j'avais peur de le lire, le mot que personne ne veut prononcer, des fois qu'il viendrait nous surprendre dans nos vies...
    Mais ce témoignage est bien loin de la sensiblerie inutile, il est vivant, plein d'émotion oui, mais est surtout un hymne à la vie pudique, discret, et nous fait entrevoir tant d'espoir, que je suis arrivée à la fin déjà déçue qu'il soit terminé... Alors que tout commençait...
    Merci Mony

  • #54

    monyclaire (mardi, 29 janvier 2013 16:27)

    Avis de Agnes (AJ) Bourneuf sur " Sans raison apparente" : Je l'ai lu en une soirée, jusque tard dans la nuit, impossible de m'en détacher jusqu'à la fin, bien écrit, le rythme et la trame de l'histoire m'ont laissée en suspens jusqu'à la dernière page, j'ai eu beau me creuser, je n'arrivais pas à savoir qui en voulait tant à cette famille et pourquoi. j'ai adoré ! J'y verrai bien un scenario aussi !

  • #53

    monyclaire (vendredi, 21 décembre 2012 20:40)

    Commentaire écrit par Aurélie Barbançon Cocquebert
    Mon avis : Je remercie Monyclaire qui m'a permis de découvrir son livre en le faisant voyager.
    J'ai beaucoup aimé ce livre, bien qu'il traite d'un sujet plutôt difficile à vivre : le cancer. Ici, l'auteur nous livre son point de vue sur ce qu'elle a vécu et nous propose ainsi une version différente de celle que nous avons de cette maladie. Ce récit est plein d'émotions. On ressent le choc de l'annonce de la maladie, le désespoir face à cette bataille qu s'annonce presque perdue d'avance, l'espoir lorsque les choses s'améliorent, le bonheur quand tout est fini.
    Ce récit m'a apporté une vision totalement différente de cette maladie car on a tendance à l'oublier, mais on peut en guérir.
    J'ai également souri lors de cette lecture, notamment lorsque l'auteur évoque les phrases toutes faites qu'une personne atteinte du cancer s'entend répéter par son entourage.
    La motivation de Monyclaire pour se battre contre son cancer m'a fortement attendrie. En effet, elle ne souhaite qu'une seule chose : revoir les coquelicots. Cela peut paraître banal, surprenant, mais c'est en partie dans cette volonté qu'elle a puisé sa force de se battre.
    Dans la dernière partie de son récit, Monyclaire nous raconte ses 72 jours de marche de la Bretagne à Santiago de Compostelle. En réalisant ce périple, elle a ainsi pris une belle revanche sur la vie.
    Ce récit est donc une preuve que l'on peut guérir du cancer mais également une chasse aux idées reçues. C'est une belle leçon de vie, très émouvante..

  • #52

    monyclaire (jeudi, 13 décembre 2012 10:18)

    Avis de Aurélie Barbançon sur " Chemins d'ombre et de lumière":
    "Je remercie Monyclaire qui en faisant voyager son recueil m'a permis de me plonger dans ses nouvelles. Moi qui apprécie beaucoup les nouvelles, je me suis rapidement plongée dans ce recueil empli de sentiments. J'ai beaucoup aimé la plume de cette auteur ainsi que sa simplicité pour dire les choses.Ma nouvelle préférée est sans doute celle au sujet de la clé. Dans cette nouvelles, un père invente un casse-tête pour ses filles, il s'agit de parvenir à attraper une clé, qu ouvre une porte derrière laquelle se cache un cadeau, sans faire tomber la petite danseuse posée face à la clé sur une balance. J'ai beaucoup apprécié l'intelligence de la plus jeune des deux soeurs.La nouvelle sur les contes de notre enfance reprenant les malheurs de Sophie et les petites filles modèles de la comtesse de Ségure m'a également beaucoup plu.Mais ce recueil ne parle pas que de choses plaisantes, il parlent également du cancer du sein et de la difficulté de surmonter cette épreuve pour une femme et son entourage.Ce recueil fut donc une lecture très agréable, pleine de sentiments et d'émotions.

  • #51

    monyclaire (mercredi, 12 décembre 2012 20:42)

    Mon avis sur l’ouvrage « Chemins d’ombre et de lumière » de Monyclaire
    par Cristina F.D.Jesus
    J’ai adoré lire ce recueil de dix nouvelles, suivi de trois poésies. Les thèmes m’avaient attirée et je dois dire que je n’ai pas été déçue.
    Voici mes préférées :
    L’Omelaye : l’introduction nous invite au voyage. Et quel voyage ! La visite de la maison d’enfance de l’auteure. J’ai beaucoup aimé car elle me rappelle celle de mes grands-parents, peu de confort (cabane au fond du jardin), mais si chaleureuse et tant de merveilleux souvenirs d’enfance !
    On ne blesse pas les colombes : thème : l’enfance volée. Belle écriture. L’auteure met en avant les émotions ressenties par le père face à cet acte barbare : peur, désespoir, colère, interrogations…
    Du champ de coquelicots : ce récit a pris sa source dans la vie de l’auteure. Elle nous parle de son envie de revoir à nouveau les coquelicots. Banal comme désir, n’est-ce pas ? Eh bien, non ! Car le cancer s’est incrusté dans sa vie et brusquement, le temps n’a plus la même valeur. L’auteure nous parle de cette maladie et nous balance au visage nos maladresses, nos mots qui blessent… Une belle leçon !
    Un impossible coupable : un village paisible… Soudain, survient un drame. Une intrigue et une fin surprenante !
    Et Rémi adopta son père : jadis, une mère fit un choix en pensant préserver son enfant. Mais c’est l’effet inverse… Rémi souffre de l’absence de son père. Une rencontre et tout devient possible…
    Un locataire de passage : récit émouvant. Bel accompagnement de fin de vie.
    Ma poésie préférée : La randonnée du bonheur.

    Merci Monique pour ce partage !
    Cristina F.D.Jesus

  • #50

    monyclaire (jeudi, 15 novembre 2012 13:00)

    " Pas à pas de Genève à Saint Jean Pied de Port""Lu par Gérard-Jean Muller:
    On échange des mots. On échange des chaussures. On fond au soleil. On se confond avec le paysage. On marche longtemps. La faim, la soif,la fatigue apparait. On marche encore et encore. Les maux remplacent les mots.Les moustiques, les ampoules, le froid, les torrents de boue. Puis la fatigue disparait. La sérénité la remplace. Tout devient beau. Marcher avec Monique, c’est ne rien vouloir d’autre et puis la rencontrer, elle et son univers. Et, au bout du voyage, entrevoir le Tout...

  • #49

    monyclaire (mercredi, 07 novembre 2012 14:43)

    Retour de lecture, écrit par Yvonne Tresse, après la lecture de " Pas à pas de Genève à Saint Jean Pied de Port":
    Monique bonsoir, j'ai terminé votre voyage jusqu'à st Jean-pied-de Port, je me suis régalée,quel courage, quelle endurance vous avez, vous n'avez pas été gâtés par le temps que de pluie et chemins boueux. J'adore lorsque vous arrivés au Gite, je l'impression de vous voir les derniers 100m, et Yoann m'a fait sourire quelquefois avec ses chaussures et ses douleurs, le pauvre, toi aussi Monique quel courage tu as , et vous formez tous trois un trio plus que sympathique,et un couple hors du commun, mais pas des chemins, je vous dis bravo! j'étais émue par la petite Lilou . Toujours enthousiaste de lire tes récits Monique, et j'ai aimé les poèmes de Jc

  • #48

    Pascale Madeleine (mercredi, 12 septembre 2012 11:52)

    C'est une date anniversaire, Mony, un an et je venais pour la première fois découvrir tes coquelicots et ton univers particulier...
    J'y reviens de temps à autres, même sans laisser de trace, car il respire la vie et l'altruisme et la spontanéité...
    Bien à toi,
    Pascale

  • #47

    monyclaire (lundi, 09 avril 2012 18:55)

    Message de Danièle à propos de " Chemins d'ombre et de lumière"
    Bonjour,
    J'ai lu "chemins d'ombre et de lumière" en deux heures.
    On ne peut s'empêcher de faire le rapprochement avec des situations vécues. C'est toujours un drame, mais en même temps, la vie reprend le dessus et heureusement, il faut simplement regarder, écouter et se réjouir de tout ce qui est beau, c'est cela aussi la force de l'écriture. cordialement Daniele

  • #46

    monyclaire (vendredi, 06 avril 2012 11:08)

    Chronique de Elisabeth Charier à propos de " Chemins d'ombre et de lumière

    Je n’ai pas l’habitude de chroniquer les recueils de nouvelles. Je vais donc reprendre chaque titre et y mettre mon petit avis dessous.

    Mais tout d’abord, la couverture (illustrée par Maryse Petitiot).

    Sur le recto, un chemin semble pleurer. Trop large, trop grand pour cette silhouette de femme seule, bordé d’une multitude de coquelicots… je comprendrai pourquoi en lisant. Dans le coin droit, une colombe me parait indiquer une direction. Un sentier inconnu ? Tous mènent-ils à ce disque blanc entouré de bleu, là-bas, au fond de l’image ? Il représente, pour moi, la mort.

    Le verso se teinte des couleurs sombres de la forêt sortant de l’hiver. Ce chemin plus court m’apparaît plus chaleureux et ce grand-père qui se promène avec un enfant renforce, en moi, ce sentiment. Plus court comme la fin d’une vie ou, si l’on sait regarder au-delà, tortueux comme une existence.

    Les messages sont légions dans ce recueil. Passons au contenu.



    Un impossible coupable

    Il faut comprendre le double sens du titre après lecture, revenir dessus et réfléchir, car l’intrigue est distillée tellement finement que j’ai failli passer à côté de la chute.



    On ne blesse pas les colombes

    Cette terrible nouvelle est empreinte de tendresse et de force.


    Un locataire de passage

    Celle-ci m’a fait pleurer



    Et Rémi adopta son père

    Ce récit se déroule trop vite, je trouve. Malgré une bonne description des émotions des personnages, je n’ai pas vraiment réussi à entrer dans l’histoire

    L’Omelaye

    Merci tout simplement pour cette balade magique au pays de l’enfance heureuse

    Le bonheur de Sophie

    Un petit clin d’œil à la comtesse de Ségur, une grande remise en question sur la façon dont les anciens éduquaient leur progéniture. Parole d’enfant, silence d’adulte… en faute.

    Du champ de coquelicots au chemin de Compostelle

    Nous y voilà avec cette fleur des champs. Cette nouvelle-là met les idées reçues sur le cancer à la poubelle. L’auteur nous plaque nos phrases maladroites à la figure. En quelques paragraphes, elle nous plie en deux nos maux et nous ouvre les yeux sur ce présent qu’on peine tant à apprécier à sa juste valeur. Je n’avais jamais considéré un coquelicot sous cet angle-là. Tu as tout à fait raison, Mony, et je vois où est né ce projet d’épopée.

    Un cadeau à la clé
    Le titre dit tout et cache en même temps le dénouement de cette nouvelle. Bien trouvé. Recule et vois le problème dans son ensemble.



    Et s’il suffisait d’y croire ?
    Dans ce récit, le voyage sur le chemin de Compostelle est achevé. Une belle aventure qui me rappelle les camps de scout de ma jeunesse. Presque tous les ingrédients sont là.
    D’un jour à l’autre
    Cheminement d’un deuil. Je sais, je suis passée par là.
    Ce recueil se termine par trois poèmes que je vous laisse découvrir pour peu que vous soyez tentés par l’aventure.
    Elisabeth charier

  • #45

    monyclaire (mardi, 27 mars 2012 18:21)

    Commentaire de Myriam Salomon Ponzo au sujet de " Sans raison apparente"
    "Pierre et Justine s'éloignent l'un de l'autre après avoir perdu leur fils unique. La douleur les isole chacun dans leur monde malgré l'amour qu'il se portait depuis toujours. Car ils se connaissent depuis leur enfance.
    Au lendemain d'une aventure non calculée par Pierre mais réellement amoureux de sa maîtresse, cette dernière est retrouvée morte dans un accident quelques années plus tard.
    Au début, Pierre croit à cette thèse accidentelle mais rapidement ses doutes se portent sur sa femme. Mais lorsque cette dernière disparait , c'est lui qui se retrouve aux bancs des accusés.
    Une intrigue machiavélique très bien ficelée qui tient en haleine de la première à la dernière page. La déraison poussée à l'extrême par amour ? Par folie ?
    Monyclaire écrit juste dans un style direct qui ne s'encombre pas de descriptions inutiles. Elle préfère explorer les méandres de la pensée de chacun de ses personnages qui sont très bien construits et auxquels on croit.
    Une réussite de vengeance remontant dans le passé de ses protagonistes torturés et tortionnaires.
    A lire pour la superbe intrigue et le style très agréable de Monyclaire, auteur auto-éditée de son nom Monique Sauvanet que vous pouvez retrouver sur le site de Thebookedition où sont édités ses autres ouvrages."

  • #44

    monyclaire (jeudi, 23 février 2012 13:16)

    Dominique Chevalier :
    SANS RAISON APPARENTE
    De Monyclaire
    En cet ultime chapitre, je réalise le caractère chevaleresque des personnages féminins de ce roman face à l’« effroyable entité » et à l’angoissante vérité révélée….

    J’arrive à DURTAL. Bonjour belle Cité que je découvre avec intérêt. Monique me guide le long du Val d’Argance à la rencontre de Léa, une « Peau d’Âne » des temps modernes en ce début d’histoire. Dès le préambule, je ressens une atmosphère tendue quelque peu électrique, mais quel est ton secret Léa ? De ton port altier apprendrais-je la vérité ?
    Excellente transition du présent vers le passé. Monique dirige le lecteur et le conduit vers la voie qu’elle a souhaitée pour mieux le perturber. Sans y prendre garde, l’alchimie fait son effet car le voyage dans le temps s’est effectué naturellement et de façon imperceptible.
    Coup de foudre survenu sans raison apparente, sournoisement lors de sa prime jeunesse, Pierre subit les conséquences d’une flèche décochée par Cupidon. Tendre secret bien gardé, Monique distille les informations avec parcimonie obligeant le pauvre lecteur à dévorer chapitre par chapitre afin d’espérer une explication… L’Explication !
    Léa, tu es entre de bonnes mains, Monique nous le conte simplement, clairement à l’aide de phrases bien construites. Le suspens et la curiosité occupent mon esprit à l’aube de ce quinzième chapitre.
    Prémices de création d’un monstre. Monique entretient admirablement le mystère. Justine serait-elle un tantinet psychopathe ? L’Auteur accroit le suspens en ajoutant dans l’histoire un ingrédient de circonstance à savoir un « Corbeau » bien noir et infecte à souhait. Monique manipule son lecteur comme une marionnette. C’est elle qui tire les ficelles. Au cours des chapitres, j’apprécie les touches de rappel de certains éléments capitaux du roman afin de conserver le lecteur dans le contexte de la trame.
    Décor bien planté, assassin supputé, Monique entame la phase d’enquête effectuée à la manière de « Colombo » Sueurs froides garanties…
    Au cours de mes différentes lectures, je relève toujours des jolies phrases bien construites avec des mots choisis. Monique ne déroge pas à la règle sur ce point ? J’ai relevé de magnifiques formules poétiques colorant de touches pastels le sombre tableau de cette histoire effrayante : « Elle lui avait souri et son cœur à lui avait fondu, éclaté en étincelles de bonheur » ou encore « l’espoir est comme une petite bougie, il a besoin d’un peu d’air pour résister… »
    De nouveau, j’apprécie ces petits flashbacks réguliers dans le déroulement du roman qui permettent au lecteur de se positionner sur les rails de l’histoire. Habilement, l’auteur alterne doutes puis évidences et de nouveau ces mêmes doutes ressurgissent. Monique a déclenché la surmultipliée, je lis deux histoires parallèles qui ne tarderont pas d’infléchir l’une vers l’autre pour se rejoindre jusqu’au dénouement final. Joli style d’écriture !
    Hélas, je suis déjà au crépuscule de cette histoire et ce n’est pas le mot FIN que j’entrevois mais le Loir vu de DURTAL. Nostalgie d’un pays, nostalgie des personnages attachants qui ont comblé mon esprit durant plusieurs jours, se rappelant à ma mémoire.
    Merci Monique de ce moment de rêve … agité ! Agréable roman agrémenté de photos de DURTAL.
    Je peux dire j’ai lu et j’ai connu…
    A noter : Superbe couverture de Véronique sur laquelle figure une partie des personnages et des évènements de l’histoire.

    Le 21 février 2012 – Dominique CHEVALIER

  • #43

    monyclaire (jeudi, 23 février 2012 13:12)

    Commentaire de Camille Arman, elle a lu " Pas à pas de la Bretagne à Santiago"
    Le cancer est une merde
    Quand on s’en sort on est plus fort
    Mony sait ça.

    Depuis elle a choisi de prendre le temps
    De donner du temps à ses rêves
    Au lieu de les rêver.

    Ca passe par :
    Mille sept cents kilomètres de foi et d'endurance
    Le système DSLRC
    Les maux de pieds
    Les logis trop petits

    Et plus encore…

    Des rencontres humaines
    Les retrouvailles avec les éléments,
    La faim, la soif, la boue et tout le tremblement .
    Heureusement elle n’est pas seule
    Son amour l’accompagne.
    Sans lui, elle n’aurait pas pu
    Ou du moins pas fini le parcours
    Celui-là. et peut-être un autre aussi...
    C’est le récit du compagnonnage d’une vie
    Et rien que pour cela…

    Marcher c’est se mettre au ralenti
    Aller à contre courant de l’inessentiel..
    Mony, merci de m’avoir emmenée avec vous sur vos Chemins de Compostelle,
    En parallèle
    Alors vous aussi lisez « Pas à pas, de la Bretagne à Santiago »,
    Vous en ressortirez grandis !

    Camille Arman

  • #42

    monyclaire (samedi, 11 février 2012 07:05)

    A propose de " Sans raison apparente" La chronique d'une amie mais néanmoins pro, Edmonde Vergnes Permingeat...
    "Quoi de plus paisible qu’une petite ville d’Anjou ? À Durtal, pourtant, dès les premières pages du roman de Monyclaire, on pressent un mystère. Qui est Léa, cette jeune femme étrange et mal fagotée, conspuée par les gamins du village, qui vient de louer une masure en bordure de la forêt ? Qui est Denis, ce jeune homme qui l’observe de loin et qui la reconnaît ?
    Un flash-back nous apprend qu’ils se sont connus sur les bancs de l’école, il y a longtemps… et puis la vie les a séparés. Et le souvenir s’est estompé…
    À Durtal, il y a Pascaline qui a recueilli Léa, sa petite-fille, au décès accidentel de ses parents dans un accident ; il y a aussi le sympathique docteur Morin: Pierre, marié à Justine, une amie d’enfance, de Coullons , une petite ville de Sologne. Et une myriade de personnages plus ou moins attachants, capables du meilleur comme du pire.
    Voici posé le cadre de ce roman foisonnant, qui par sa force narrative et sa puissance émotionnelle, se situe à la croisée du roman noir et du thriller psychologique : d’un côté une intrigue menée avec brio, pleine de mystère et de suspense, où l’on retrouve tous les ingrédients du roman noir, de l’autre une étude fouillée des motivations et de la psychologie des protagonistes dans un univers malsain, fait de simulacres, de mensonges et de machinations.
    Lettres anonymes, fausses pistes et ... secrets de famille qui remontent à la surface font entrer d’emblée le lecteur dans une obscurité de plus en plus opaque et étouffante au fil des pages. Une cascade de révélations qui glacent le sang.

    Vous l’aurez compris, l’auteur nous entraîne dans les profondeurs du mal, en explorant les ténèbres de l’âme.
    Un voyage bout de la noirceur humaine jusqu’au vert paradis des amours enfantines.

    Un petit plus : les photos des différents lieux qui permettent au lecteur de visionner les décors (comme dans un film) et une superbe illustration, signé Maryse Petitiot, la belle couverture étant de la talentueuse Véronique Audelon"

  • #41

    Casuso Christine (samedi, 07 janvier 2012 10:30)

    Je viens de finir "chemins d'ombre et de lumière". Voyager par les mots, avec Mony c'est toujours le cas. Les émotions se bousculent au fil des textes forts qui se succèdent. Je n'ai pu retenir mes larmes sur la nouvelle "un locataire de passage". Des sentiments divers se sont bousculés et m'ont submergée. Ce recueil tantôt touchant, tantôt bouleversant est écrit toutefois avec beaucoup d'optimisme. Les rythmes et les styles se croisent pour mieux en apprécier sa lecture.

  • #40

    christine thomas chancel (mardi, 08 novembre 2011 11:35)

    agréable voyages à travers vos pages.
    musique agréable également
    plumitivement et radiophoniquement vôtre
    http://christinechancel.centerblog.net

  • #39

    Pascale (mercredi, 14 septembre 2011 09:20)

    Bonjour Mony !
    Tu as eu raison de venir sur mes pages. Ainsi, je découvre les tiennes ! Je découvre une drôle de petite lumière et je reviendrai à la lumière de tes coquelicots !
    à te lire à nouveau,

  • #38

    monyclaire (vendredi, 20 mai 2011 08:26)

    Bon, cela devait être un "os" passager, tout est rentré dans l'ordre...

  • #37

    monyclaire (mercredi, 18 mai 2011 17:13)

    Désolée, je ne sais ce qui s'est passé mais je viens de m'apercevoir que toutes les dates des commentaires sont passées au 01 janvier 1970 !!! Je ne sais pas du tout comment réparer...1970 , Internet existait-il ? Qui peut répondre ?
    Amitiés à tous
    Mony

  • #36

    monyclaire (mercredi, 02 février 2011 10:07)

    Message de Françoise P, à propos de " En attendant les coquelicots"
    Bien sûr, j'ai aimé ton livre j'ai souri mais j'ai versé des larmes également.Je suis admirative pour ton courage face à toutes ces souffrances endurées.Par mon travail j'ai souvent aidé des personnes âgées, ou handicapées et d'autres souvent atteinte de cette saleté de cancer..et tous les jours je prenais des leçons de vie...des bons souvenirs.... mais beaucoup trop de mauvais aussi.En tous cas merci de me faire regarder les coquelicots d'une autre manière et sache que dés que j'en vois j'ai une pensée pour toi!!
    merci pour tout ce que tu fais!!
    Amicalement
    Françoise.

  • #35

    monyclaire (mardi, 16 novembre 2010 20:00)

    Marine,
    Les mots me manquent...Je respecte et admire ton combat et ta force d'aujourd'hui.
    Merci à toi
    Je te souhaite un futur apaisant
    Mony

  • #34

    Ombre.L marine (samedi, 13 novembre 2010 02:57)

    En attendant les Coquelicots

    Le titre du livre m’interpellait !
    Mais, je me disais : -
    - A quoi bon lire un ouvrage traitant du cancer ! Il y a déjà tant de malheur sur terre, donc autant se pencher sur le bonheur d’autant plus que les pages de cet ouvrage ne doivent, certainement, pas avoir la fragrance de ces fleurs estivales si fragiles mais celle des chrysanthèmes.
    Je dois avouer que cet écrit ne m’intéressait pas
    Le cancer, je connaissais puisque cette odieuse bête faisait, déjà, l’objet de tant de reportages télévisuels que je zappais allègrement.

    Ironie du sort !
    Un jour le crabe s’est invité dans ma famille, sans prévenir.
    C’est alors, que les coquelicots sont réapparus dans mon esprit. Il fallait que je sache ce qu’ils étaient, ce qu’ils proposaient et quel était le but de leur floraison.

    J’ai acheté le livre et je l’ai dévoré d’une seule traite.
    Ce fut un intense moment d’émotion !
    Et, paradoxalement, ce livre que je boudais, était devenu mon livre de chevet.

    Les coquelicots de Mony représentaient la couronne de lauriers après le combat : combat de chaque instant où les jours étaient égrainés de joie et de tristesse, d’espérance et de désespérance.
    Leurs pétales étaient colorés d’espoir et devaient, pour nous aussi, rougir sous le soleil estival comme ils l'avaient fait après le long calvaire de l'auteure cancéreuse qui, entourée de sa famille, de ses quelques amis (– en particulier ceux qui n’avaient pas déserté par peur ou par lâcheté), ne voulait pas plier genou devant la maladie pour l’amour des siens.

    Je fus étonnée d’avoir souri, rit… parfois aussi versé une larme en parcourant ce livre.
    Mais, je peux affirmer avec sincérité que ces coquelicots m’ont appris énormément sur la conduite à tenir face à celui qui était atteint de … comme je disais, « la longue maladie ».

    Les coquelicots ont représenté pour moi et pour le malade (qui en a parcouru quelques passages) un message d’espoir, une leçon de vie.
    Cet écrit me fournissait les clés pour, sans s’apitoyer sur notre sort, continuer le duel auprès de l’être cher mordu par l’infernal crabe.
    Ce témoignage poignant m’a permis d’éviter les écueils : ces paroles malheureuses, celles qu’on devrait taire face au malade tant elles font mal.
    Il m’a incité, aussi, à faire le tri, à ne pas m’encombrer l’esprit de futilités et à choisir les priorités de ma (notre) vie durant ces longs mois) et surtout … A me gonfler de vaillance, à enfler d’espérance quitte à éclater comme la grenouille qui voulait plagier la grosseur du bœuf ! (Sourire pour la pauvre grenouille qui a éclaté.. Je n’ai pas subi le même sort, car j’ai su m’arrêter quand il fut temps !) ; même si j’éclate mais de chagrin et de tristesse, maintenant.


    A mon grand étonnement, ces coquelicots qui fleurissaient sans complaisance, sans misérabilisme tant ils étaient pudiques, véridiques, devinrent, alors, non le symbole du courage mais de la ténacité.

    A présent, ils ont reoint les autres livres sur un rayon de ma bibliothèque.
    Malheureusement, le cancer a gagné le combat ; il avait depuis longtemps miné le terrain et, malheureusement, nous ne le savions pas.

    Non ! Le cancer n’a pas gagné, totalement !
    Même s’il a envoyé mon être cher dans les Jardins du ciel - il m’a offert, sans le savoir, les armes pour affronter ma destinée, cotoyer sans avoir peur, peut-être un jour, d'autres malades atteints par ce terrible fléau (Que Dieu les en préserve) et .... sans jamais maintenant, en parlant de lui, le nommer : « Longue maladie » car son nom est cancer.
    Et, en osant prononcer son nom abject sans peur, on a déjà gagné une manche sur lui.

    Un grand merci à l’auteure qui a osé mettre son coeur à nu pour nous faire part de son duel face au cancer et combien nous sommes heureux qu’elle ait pu le terrasser !
    Il faut y croire jusqu’au bout de la nuit à la guérison ! Et si, malheureusement nous, nous avons perdu une bataille, il faut espérer encore et toujours que d’autres gagneront la guerre !

    Maintenant, aux portes de l’été, je regarderai les coquelicots avec un œil nouveau !

    Un infini merci à l’auteure Monyclaireque pour ces précieux coquelicots qui nous parfumés de tant d'espoir et de volonté pendant notre douloureuse et harassante bataille.


    Un livre que je recommande vivement !

  • #33

    monyclaire (jeudi, 23 septembre 2010 09:59)

    Réponse de Brigitte,
    Bonjour Mony
    Merci pour ces mots forts et si vrais...avoir du accepter que j'étais pas capable de porter mon sac......et oui j'y suis arrivée mais aprés des chutes.....
    Le tout est d'avancer...à son rythme
    Je vais changer le lien de ton site
    Bien amicalement
    et à bientôt
    Brigitte
    http://www.stjacquesautrement.fr/

  • #32

    monyclaire (jeudi, 23 septembre 2010 09:57)

    à Brigitte
    Coucou
    Je sais que tu vas arriver à ce que tu désires parce que tu y crois.
    Cette réussite est formidable pour toi mais, aussi, pour tous les autres que tu fais rêver, tous ceux qui pensent à tort parfois qu'un handicap est la fin de tous leurs rêves. Il faut parfois beaucoup de temps, d'efforts, de souffrance aussi mais cela en vaut la peine. Il faut aménager sa vie autrement, apprendre à gérer douleurs ou difficultés, mais accepter aussi de se faire aider ( ça, a mon avis, c'est le plus difficile)
    Je te souhaite un beau chemin.
    Mony

  • #31

    monyclaire (jeudi, 02 septembre 2010 11:35)

    Un petit merci à chacun de mes visiteurs.
    Je ne réponds pas à chaque systématiquement, mais je viens lire ici, et mes autres pages, chaque jour.
    Je remercie surtout les fidèles, ceux qui reviennent régulièrement et, au fil des jours, prennent connaissances de mes écrits.

  • #30

    daviddevouvant (jeudi, 02 septembre 2010 09:42)

    Je prends toujours beaucoup de plaisir à venir te rendre une petite visite virtuelle.
    Toute mes amitiés.
    David

  • #29

    leroux jacques (mercredi, 25 août 2010 10:59)

    très jolis parcours qui ravit le poète que je suis, je te remercie d'aimer les poèmes que j'écris pour ma soeur méline.

  • #28

    nicole (mercredi, 18 août 2010 05:23)

    Bonjour Mony,

    Quelle surprise, ce matin, c'est en musique.
    BRAVO Continue Nicole

    (je ne regarde que tes nouveautés) Nicole

  • #27

    Daviddevouvant (mardi, 27 avril 2010 19:32)

    Merci pour cette fraicheur!
    Je viens de prendre un réel plaisir à te lire.
    Amicalement
    David
    http://vouvantcompostelle.blogspot.com/

  • #26

    Vincent Bouché (mercredi, 24 mars 2010 20:11)

    Mony, C'est avec grand plaisir que je laisse ces quelques mots sur votre site. J'aime vos récits qui reflètent votre âme et la vraie vérité. Une grande gentillesse, une profonde écoute de l'autre. Encore merci pour cette belle rencontre!
    Bien amicalement
    Vincent

  • #25

    Ombre.L (jeudi, 25 février 2010 02:30)

    Après avoir parcouru toutes les allées de votre petit paradis, j'en referme la porte , ravie !
    j'y ai humé des essences exquises de poésie, de nostalgie, de victoires durement acquises et tant d'espoir .... tant d'espoir !
    Merci pour cet instant qui a éclairé l'ombre de ma nuit bleu-Marine.

  • #24

    Lions (mercredi, 17 février 2010 11:47)

    Mony, je suis venu sur ton blog par "The Book Edition" et je dois te dire que je le trouve magnifique. La lecture des extraits de "En attendant les coquelicots", ton récit-courage m'a beaucoup touché. J'ai été le témoin d'épisodes douloureux de cette maladie, comme aussi du suicide et j'en garde un souvenir inéffaçable. Quelques passages de mon roman "Amours contrariés" (chez TBE) relatent d'ailleurs ces flétrissures de la vie.
    Bravo encore et merci
    Lions

  • #23

    Pierre (lundi, 18 janvier 2010 18:08)

    Magnifique site qui fait rêver, tant par ses textes émouvants que par la variété de son contenu.
    Je suis venu par un détour du chemin...
    Le vôtre est superbe et est un gage d'espoir pour tout ceux qui doutent ...
    Amitiés
    Pierre

  • #22

    CASUSO Christine (mercredi, 21 octobre 2009 16:43)

    "Un site trop paisible" est un livre très agréable à lire sans s'ennuyer. Une histoire prenante et un drôle de petit bonhomme qui a bien du cran. Un style peu commun, une écriture fluide, une histoire qui se lit vite grâce un bon rythme de la plume. J'ai vraiment aimé.
    A lire.
    Chris.

    PS: juste une remarque sur ce site superbement fait, il manque la catégorie commentaires après chacun de tes livres en présentation. (sous tes bannières)

  • #21

    De simone Paul (jeudi, 15 octobre 2009 16:18)

    Chère Mony a mon tour de vous féliciter pour votre grande gentillesse et surtout pour m'avoir aidé a me dépatouiller avec ce blog d'enfer ! Merci pour tout Polo

  • #20

    monyclaire (jeudi, 01 octobre 2009 11:00)

    Chris ce jour m'a écrit:
    "Merci pour ton message et ton intérêt pour mon roman. C'est drôle, figure toi que ce mois-ci "un site trop paisible" était prévu dans mon panier. Il faudra juste attendre vers le 8 que la paie tombe.
    Très bonne idée ta collection confort visuel, TBE devrait le proposer systématiquement!
    A tout bientôt pour nos impressions mutuelles.
    Bises.
    Chris.

  • #19

    Polo (samedi, 26 septembre 2009 20:10)

    bonsoir Mony j'ai parcouru vos écrits sur votre beau site. Et, bien entendu que ce que vous écrivez est magnifique de courage, et de clairvoyance, et puis vous racontez tout cela avec beaucoup de sagesse, bravo donc et merci pour tout Polo

Découvrez la playlist 3 avec André Rieu & His Johann Strauss Orchestra