Le sac,la maison et nous...

2012... Quelques kilomètres après Genève... Je pars pour Saint Jean Pied de Port ... 1100 km à parcourir, le sourire aux lèvres
2012... Quelques kilomètres après Genève... Je pars pour Saint Jean Pied de Port ... 1100 km à parcourir, le sourire aux lèvres

 

Le sac, la maison et nous....

 

 

Le sac contient ce qui nous est indispensable quand on s'éloigne de la maison .

Tout bébé, déjà, il est l'élément primordiale pour tout déplacement. On ne peut faire voyager l'un sans l'autre.

Lorsqu'on commence à gagner son indépendance, il est encore un élément important. C'est l'ami des premiers moments sans les parents. Prendre son sac pour passer la soirée chez un copain, quel parfum d'évasion.

Puis, arrivent les plus longs départs, l'internat ou le premier travail, l'espace de quelques semaines de petits boulots pendant les vacances scolaires. On l'emporte avec soi, il est indispensable. Outre le fait qu'il nous permet de faire suivre tous les petits riens qui nous sont nécessaires, il nous sert aussi ( surtout ?) à rapporter «  à la maison » le linge sale de la semaine. Bien pratique ça !!!

Puis arrive le vrai départ. Avec le premier travail c'est souvent l'occasion de s'installer dans un petit chez soi. On pose alors son sac...

Dans le long parcours de la vie, les déménagements peuvent être nombreux. Le sac suit toujours mais il est parfois moins utilisé. Il ressort pour les vacances, les sorties week-end. Il n'est de toutes façons jamais rangé très loin.

La forme de l'habitat évolue aussi. On passe du studio à une maison dont la grandeur dépendra souvent du nombre d'habitants, enfants ou pas. Le temps passe encore, les enfants quittent le nid, on peut envisager de réduire la superficie de la maison... Au fil du temps on peut même en revenir au studio... Un aller retour... Et le sac, lui, que devient-il ? Il a toujours suivi jusqu'ici, il s'est fait parfois oublier pendant quelques temps mais là, subitement lui viennent comme des fourmis dans les jambes.

Prenons le mien, par exemple. Longtemps cela a été un sac de voyage, bleu. Comme c'était un SAC DE VOYAGE, il était donc fait pour voyager. Et le bougre, il en a fait des voyages en ma compagnie. C'est simple il n'était jamais rangé, toujours prêt à être complété, car l'essentiel restait à demeure, pour parer à tout départ imprévu.

 

L'habitat aussi a évolué, plus petit, encore plus petit. S'alléger, encore s'alléger. Alors, et le sac ? Au fil des jours, un autre sac est apparu, le sac à dos. Quelle différence ? Reprenons cette phrase du début : Le sac contient ce qui nous est indispensable quand on s'éloigne de la maison. Ce qui est indispensable s'est rétréci un maximum. Je suis capable maintenant de vivre deux mois avec seulement quatre kilos, besoin réduit à l'essentiel... La vie est un aller retour... Je me sens prête à vivre selon mes rêves d'enfants... La liberté, peu de choses matérielles... 

Écrire commentaire

Commentaires : 2
  • #1

    Chinou (dimanche, 25 décembre 2016 16:37)

    Je t'admire de pouvoir vivre avec 4 kilos. Je suis partie en semie autonomie (sans tente ni duvet) pendant 10 jours et mon sac pesait 10 kilos.

  • #2

    Mony (dimanche, 25 décembre 2016 22:29)

    Merci de ta visite, Chinou... Oui, avec le temps, de moins en moins de choses me sont nécessairz... mais là, je crois que je ne peux pas faire meux
    Bisous