Quand une dizaine de mes amis s'invitent dans mon dernier recueil...

Ces mots que je vous ai confiés

 

Oui, dans ce recueil où j'ai regroupé la plupart de mes articles, présentés ici ou sur ma page Facebook, j'ai relevé le nom de quelques amis... Rien d'étonnant à cela puisque ces articles ont été écrit suite à une émotion, un ressenti...

 

Cathie, William, Jessica, Marie Françoise, Danielle, Robert, Brigitte, Edmonde, Véronique, Marine, merci pour votre participation, certes involontaire, mais qui me remplit de bonheur de vous avoir ainsi à mes côtés.

 

Je me ferai donc un plaisir de vous l'offrir...

Pour certains, nous avons eu la joie de nous rencontrer, j'espère au fil du temps réussir à le faire pour les 4 dernières de ces Dames. Belgique, Drôme, Bouches du Rhône et Gard. Oui, la porte d'à côté en voiture...

Pour revenir à ce recueil, ce n'est pas de la grande littérature, ce sont juste des mots qui ont été jetés au fil du temps, un article écrit pour exprimer mes sentiments ou mes émotions...

Où êtes-vous parmi ces 174 pages ?

Edmonde, page 42. Je garde encore en mémoire ce jour-là. J'avais ressenti fortement le besoin de t'écrire... J'écoute toujours ma petite voix qui jamais ne m'a encore trahie. Je ne crois pas au hasard... Il y a aussi un autre article, tu verras, qui parle d'un sujet que nous avons beaucoup évoqué ensemble, merci à toi pour nos échanges à ce moment-là.

Brigitte, page 43... Ce livre m'a bouleversée, je t'en ai expliqué les raisons. Tu es plus qu'un auteur pour moi. Tes récits ne sont pas des « livres à lire » mais bien de formidables opportunités pour se laisser aller à se poser les bonnes questions. Essayer d'y trouver ses propres réponses. Je n'ai jamais fait de philo, je crois que j'aurais aimé cela. Mais ce dont je suis certaine c'est que tu ne seras pas passée dans la vie de tous ces jeunes sans laisser de belles traces. Tu es si belle dans tes actes...

Marie Françoise, page 47. Tous, je vous ai connus grâce à cette énorme toile qu'est Internet... Oui, même toi Marie Françoise car c'est bien grâce à elle que tu m'as retrouvée quelques 45 ans plus tard... Et avoue que cela aurait été dommage que, par le plus grand des hasards, habitant si près l'une de l'autre, on se soit ratée... Encore plein de moments sympas à partager, j'en suis certaine.

Marine, notre belle Ombre Camarguaise... page 56. Ton témoignage, tous tes témoignages sont pour moi d'une valeur inestimable. Chaque fois que je parle cancer, chaque fois que je parle espoir, chaque fois que je redis qu'il faut toujours garder des raisons d'y croire, toi Marine, tu es là, parlant le même langage. Malgré... malgré comme tu le dis si joliment «  que ton soldat a dû mettre genou à terre »... Marine tu as, en plus de mon amitié, tout mon respect...

William, Madeleine et Jessica, Je vous associe, bien sûr. Vous le savez, j'ai coutume de dire que malgré notre belle amitié, j'aurais préféré mille fois ne jamais vous rencontrer, que ce drame n'ait jamais eu lieu... Personne n'oubliera, Yoann restera dans un coin de notre cœur, toujours. Ici, dans ce recueil, beaucoup de pages vous concernent, même avant notre rencontre... parce que la famille des pompiers faisait déjà partie de notre famille. Page 76, 92, 93,109,125... Respect pour cette belle famille des pompiers et pour vous, tout notre soutien, notre amitié, notre tendresse... On vous aime, prenez soin de vous.

Cathie, Un peu page 79 puis page 100... Ce recueil étant le reflet de mes émotions, j'y parle souvent Chemin ( où tu le sais tu es toujours avec nous, par la pensée), textes sur le cancer où j'essaie de n'y parler qu'espoir ( tu es, encore une fois, au cœur de mes pensées)... Merci pour ce que tu es...

Danielle, page 127. Il nous aura fallu presque 5 années d'échanges via mail pour réunir tous ces mots qui allaient devenir TON récit de vie. Je suis très fière d'y avoir participé, heureuse d'avoir fait ainsi encore plus complètement connaissance avec toi. Merci pour ta confiance.

Robert, je devrais plutôt écrire Gitantroubadour, puisque c'est sous ce nom qu'on te retrouve ici, page 140. Mais je pourrais aussi te renvoyer à la page 111, là où j'explique que j'aime les cadeaux... Car le cadeau que tu m'as fait entre tout à fait dans la catégorie que j'aime : offrir de son temps et de ses compétences... Merci pour la façon dont tu embellis nos vies par la richesse de tes articles, ton blog ayant les vertus d'un jardin zen, par tes prestations avec ton orgue de Barbarie... Un peu gitan et/ou un peu troubadour, mais avant tout cela, merci surtout d'être toi.

Véronique... Petite Fée, vers quelles pages, pourrais-je bien te renvoyer ? Page 72, où là, effectivement je cite ton nom ? Mais... mauvais exemple puisque j'y parle de la qualité des couvertures que tu réalises et... que celle-ci a été réalisée par notre Yoann... Et, oui, désolée, tu as un concurrent... Mais je sais que tu ne m'en veux pas... Non, sincèrement, je voulais juste redire ici combien tu effectues un travail de qualité pour la mise en pages et pour présenter nos écrits. Tu mérites amplement ce doux petit nom de « Petite Fée » un grand merci à toi.

 

Merci à vous....

 

 

 

 

 

Écrire commentaire

Commentaires : 4
  • #1

    Mony (vendredi, 24 juin 2016 15:26)

    Voilà, ils sont partis ce jour vers vous... J'espère qu'ils sauront vous plaire... au moins un peu... je crois qu'il y a presque 90 articles, vous en trouverez bien quelques uns qui vous interpellent pour une raison ou une autre
    Bisous à tous

  • #2

    Mony (mardi, 28 juin 2016 20:00)

    Voici le premier retour de lecture, celui d'Edmonde :
    " CES MOTS QUE JE VOUS AI CONFIES de Monyclaire
    ou le journal d’une belle âme.
    Après avoir accompagné Monyclaire pas à pas sur les nombreux chemins de Strasbourg à Roncevaux, de Bruxelles au Morbilan, de la Bretagne à Santiago, De Genève à Saint-Jean-Pied-de-Port, de Bayonne à Muxia – et avoir attrapé ampoules, crampes et courbatures – un véritable calvaire pour la sédentaire que je suis -, j’ai eu le plaisir de suivre cette belle âme sur un autre chemin : le chemin de la vie.
    Une route parfois chaotique, semée d’embûches, de batailles, de deuils et de peines – les aléas et revirement imprévisibles du destin - mais aussi de sourires, de petits bonheurs et de grandes joies, comme la victoire sur la maladie. Une route à l’image de la prose heurtée face à la bêtise et à la méchanceté humaine, fluide et limpide pour raconter les instants de grâce, poétique dans l’émotion.
    Ce recueil se lit comme un journal, un témoignage. Un partage. Monyclaire nous fait partager des bribes de son vécu. Elle met en mots son expérience humaine unique, ses voyages, ses rencontres, ses amitiés, ses coups de gueule, ses projets, ses pensées et ses réflexions,et tous les petits riens de la vie que Thomas Mann nomme si joliment les « délices de la banalité. »
    Pourtant, au-delà des différences, le lecteur en empathie sentira quelque chose de commun avec elle, il aura un peu l’impression que Monyclaire raconte son histoire à lui.
    Le temps qui passe et broie sur son passage les êtres chers qu’il emporte. La tragédie du départ. Le drame humain intemporel. Par la magie de l’écriture, qui arrache à son flot indifférent des moments purs, des instants privilégiés suspendus, c’est le Temps qui est vaincu. Instants tragiques, inexorables ou petits bonheurs éphémères jaillis du flot des heures, il se grave dans les mots comme la signature indélébile de Monyclaire."
    Merci à toi Edmonde

  • #3

    gitantroubadour (mercredi, 29 juin 2016 21:53)

    Ravi d'être sur la liste, merci Mony, je n'ai pas encore eu le temps de l'ouvrir...........
    Bonne soirée Bisous !!!!

  • #4

    Mony (jeudi, 30 juin 2016 08:38)

    Coucou Sieur Robert... Ah le temps ! Si je le pouvais je t'en ferais livrer un plein camion... Sourire..
    L'avantage avec un livre, c'est qu'il n'y a pas de date de péremption... Tu pourras aussi bien le lire dans 30 ans quand tu seras devenu un "moins jeune homme" !!!!
    Bisous et bonne journée à toi