Le silence, le recueillement et la peur... Puis les bruits de la Vie... Parce qu'il faut absolument que la vie continue...

webdesigner multifacette suisse, 30 ans et des poussières, passionnée par la déco, le vintage, la photographie et tout ce qui est pastel ou à paillettes.
Ilmage trouvé sur le net, blog de Chloé : http://blog.zygomatics.com/

Je prends courage pour venir poser quelques mots.

Parce que vous êtes de 50 à 100, chaque jour, à venir vous promener chez moi.

Parce que je ne peux et ne veux pas rester silencieuse sur cet épisode dramatique de notre Histoire.

Il n'est pas facile de transcrire en mots ce que le cœur ressent, lui, si fortement.

 

Il m'a fallu un peu de temps pour trouver des mots, pour avoir l'envie, le courage ou le besoin de m'exprimer à ce sujet.

En lisant des commentaires ici ou là, en suivant l'évolution de la situation ( par exception, j'ai suivi les infos, sur différentes chaînes de radio ), je me suis aperçue de ce quasi ressenti unanime : dépassé le moment de stupeur, cet envie de croire à un mauvais scénario, chacun a alors eu ce tout premier réflexe, celui de s'assurer qu'aucun parmi ses proches ne faisait parti des victimes. Égoïsme ? Non, sincèrement je ne crois pas, c'est simplement humain, je pense.

Pour ma part, je n'ai pas honte d'avouer avoir ressenti du soulagement, je ne crois pas être un monstre...

 

Ensuite... Un froid terrible m'a envahi...

Prendre la mesure de la réalité... Les proches de certains proches qui sont touchés...Témoignages, réactions, questions des enfants... Comment expliquer l'injustifiable ? Respecter le recueillement des familles, s'associer  au plus près à leur douleur... Et après ?

Réaliser que les frontières ne nous protègent pas, qu'ici ou là, aujourd'hui ou demain, chacun, chacune peut se trouver à un mauvais endroit au mauvais moment.

Que les atrocités se perpétuent partout, concernent le monde, pas seulement ce petit pays qu'est la France...

Qu'il va falloir rester debout, tout en tremblant, sans doute, mais que la vie devra continuer... Comment ?

Des questions, beaucoup de questions

Et aussi... Réaliser, comprendre ( accepter ? ) que nous sommes citoyens du monde et que ce monde va mal...qu'il faut cependant continuer à croire en une vie acceptable pour tous... sans en laisser  sur le bord du chemin... Ceci est un autre débat...

 

Toutes mes pensées pour chacune des victimes et à chacun de leurs proches.... Combien en termes de centaines cela fait-t-il ? Sans doute plutôt des milliers... Une seule victime est pleuré par tant de monde...

 

 

Chêne Hippolyte, près de Bagnoles de l'Orne, 300 ans... Là où règne la sérénité....
Chêne Hippolyte, près de Bagnoles de l'Orne, 300 ans... Là où règne la sérénité....

Combien de temps...
Combien de temps encore
Des années, des jours, des heures, combien ?

Quand j'y pense, mon coeur bat si fort...
Mon pays c'est la vie.
Combien de temps...
Combien ?

Je l'aime tant, le temps qui reste...
Je veux rire, courir, pleurer, parler, 
Et voir, et croire
Et boire, danser, 
Crier, manger, nager, bondir, désobéir
J'ai pas fini, j'ai pas fini
Voler, chanter, parti, repartir
Souffrir, aimer
Je l'aime tant le temps qui reste

Je ne sais plus où je suis né, ni quand
Je sais qu'il n'y a pas longtemps...
Et que mon pays c'est la vie
Je sais aussi que mon père disait :
Le temps c'est comme ton pain...
Gardes-en pour demain...

J'ai encore du pain
Encore du temps, mais combien ?
Je veux jouer encore...
Je veux rire des montagnes de rires, 
Je veux pleurer des torrents de larmes, 
Je veux boire des bateaux entiers de vin
De Bordeaux et d'Italie
Et danser, crier, voler, nager dans tous les océans
J'ai pas fini, j'ai pas fini
Je veux chanter
Je veux parler jusqu'à la fin de ma voix...
Je l'aime tant le temps qui reste...

Combien de temps...
Combien de temps encore ?
Des années, des jours, des heures, combien ?
Je veux des histoires, des voyages...
J'ai tant de gens à voir, tant d'images..
Des enfants, des femmes, des grands hommes, 
Des petits hommes, des marrants, des tristes, 
Des très intelligents et des cons, 
C'est drôle, les cons ça repose, 
C'est comme le feuillage au milieu des roses...

Combien de temps...
Combien de temps encore ?
Des années, des jours, des heures, combien ?
Je m'en fous mon amour...
Quand l'orchestre s'arrêtera, je danserai encore...
Quand les avions ne voleront plus, je volerai tout seul...
Quand le temps s'arrêtera..
Je t'aimerai encore
Je ne sais pas où, je ne sais pas comment...
Mais je t'aimerai encore...
D'accord ?

Écrire commentaire

Commentaires : 2
  • #1

    gitantroubadour (lundi, 23 novembre 2015 15:02)

    Très beau texte dit par Serge Réggiani et merci pour ce bel hommage.....
    Bonne journée Mony, Bisous !!!!

  • #2

    Mony (lundi, 23 novembre 2015 17:04)

    Merci de ton passage par ici... Toi, au moins, tu oses écrire un petit mot, espérons que cela va encourager les autres visiteurs ...
    Sinon, en fait, je crois que j'aime encore plus cette version : https://www.youtube.com/watch?time_continue=5&v=glnYlJemoO0
    Bonne soirée pour TOI, bisous