Ce qui sera la conclusion de notre dernier chemin...

La rédaction du récit de notre dernier chemin s'achève. Il me reste à le relire, le corriger. Mais voici ce qui sera la présentation, en début de livre et la conclusion. 

Nous dédions ce récit à Yoann, Olivier et Christian...

 

Le 25/03/2013,lors d'une intervention sur un feu de bâtiment agricole dans le département de la Sarthe (72) un accident thermique est survenu, blessant quatre sapeurs-pompiers, 3 grièvement et 1 plus légèrement. Yoann fut le plus atteint par les flammes et le plus grièvement touché au point où son pronostic vital est, à ce jour, toujours engagé.
L'opération ruban rouge consiste à mettre un ruban rouge sur tout véhicule, en guise de soutien.Pour nos trois pompiers, Yoann, Olivier et Christian, nous avons porté ce ruban rouge, tout au long de notre chemin. Nos pensées sont allés vers eux à chaque moment fort de ce chemin.

En soutien à ces trois pompiers et leurs familles, vous avez la possibilité de faire un don. L'argent récolté servira à combler les dépenses engendrées :

Amicale des sapeurs pompiers de Connerré 1 rue Claude Chappe 72160 Connerré

Amicale des sapeurs pompiers de Bouloire 2 bis rue nationale 72440 Bouloire.

Ordre du chèque : Solidarité-Bouloire-Connerré. N'oubliez pas de mentionner que le don est au bénéfice des 3 sapeurs pompiers brûlés. Merci pour eux

 

Un mois plus tard...

Longtemps nous nous sommes demandés pourquoi nous avions parcouru ce chemin, ce qu'il nous avait apporté etc. Rien à ajouter sur la beauté de ce chemin, décrite au fil de ces pages. Mais ce Camino a été très différent de nos autres chemins, à plus d'un titre. Pas de belles rencontres que l'on prend plaisir à retrouver au fil des jours, juste de beaux moments, fugitifs. Ce fut un chemin où nous avons côtoyés le paraître, nous avons assisté au cinéma de touristes jouant au « petit pèlerin ». Des gens qui n'hésitaient pas à prendre un car parce que cette portion-là du chemin n'était pas intéressante. Comment le savaient-ils puisque justement ils ne l'avaient pas parcourue ? Des pèlerins qui faisaient appel à un taxi parce qu'ils «souffraient trop ». La relation avec la douleur est, je le répète, propre à chacun mais nous ne pouvions nous empêcher en ces moments-là de comparer leur ampoule avec la souffrance que subissaient au moment mêmes « nos » pompiers. Ce chemin appartient à tout le monde et chacun le parcourt à sa façon mais nous étions bien loin de notre recherche de calme, de sérénité, notre recherche des choses vraies et essentielles. Alors, pourquoi, malgré tout cela, y sommes-nous restés sur ce chemin ? J'avais dit, un peu avant de partir « Si je ne m'y sens pas bien, je rentrerai ». Et, souvent, je ne m'y sentais pas bien, alors ? Pourquoi cette envie de continuer ? Ce désir d'aller, cette fois encore, au bout de notre projet ? Pourquoi, chaque matin, le plaisir de repartir était là, toujours bien présent ? La réponse était si évidente que nous ne la trouvions pas. Elle était accrochée à nos sacs à dos. Nos sacs que nous ne voyions pas puisque accroché à notre dos ! Pourtant combien de fois ai-je suivi des yeux le sac de JC qui cheminait quelques pas devant moi ? Combien de fois mes yeux se sont-ils accrochés à ces rubans qui flottaient au vent ? Combien de fois avons-nous pensé à nos trois pompiers ? Combien de fois nous sommes-nous demandé comment ils allaient, si une amélioration avait eu lieu ? Combien de fois avons-nous parlé de l'opération ruban rouge ? Combien de fois avons-nous été émus de voir notre progression, d'emporter toujours plus loin ce sac porteur de tant d'espoir ? Nous avions dans le cœur ce besoin de réussir, d'emporter nos sacs au bout de leur voyage parce que, tout simplement, ils étaient porteurs de tous nos espoirs, de tous nos vœux de guérison. Certains parlent de courage en évoquant nos périples. Le nôtre n'est rien en comparaison de celui de ces hommes qui combattent pour reprendre possession de leur vie. Je n'ai qu'un mot : respect. Toutes nos pensées vont vers eux et leur entourage.

 

Écrire commentaire

Commentaires : 0